Comment les Turcs sont-ils devenus musulmans

Vous √™tes-vous d√©j√† demand√© comment les Turcs sont devenus musulmans  Dans cet article de blog, nous explorerons l’ histoire fascinante de la Turquie et sa conversion √† l’islam.

De la premi√®re introduction au 8√®me si√®cle aux temps modernes, voici un aper√ßu de la fa√ßon dont cette culture ancienne a incorpor√© l’une des plus grandes religions du monde.

Turcs sont-ils devenus musulmans

Introduction

Bienvenue sur notre blog explorant la riche histoire de la fa√ßon dont les Turcs ont embrass√© l’Islam ! Ce r√©cit fascinant s’√©tend sur des si√®cles et a laiss√© un impact significatif sur toute la r√©gion. Les racines de l’islam dans la Turquie moderne remontent √† la fin du IXe si√®cle, lorsque l’√Čtat √©tait sous le r√®gne des Kharansides et a adopt√© l’islam comme religion officielle.

Cependant, l’histoire des musulmans et des Turcs remonte encore plus loin. Pendant des si√®cles, les commer√ßants arabes et turcs se sont livr√©s au commerce le long de la route de la soie et ont √©chang√© des id√©es et des coutumes, y compris leurs croyances religieuses respectives. M√™me avant l’av√®nement de l’islam, de nombreuses tribus turques avaient leurs propres pratiques religieuses uniques qu’elles suivaient.

Les musulmans et les turcs se connaissaient-ils avant l’islam

Avant l’av√®nement de l’islam, les Turcs et les musulmans se connaissaient et interagissaient depuis longtemps. Beaucoup de Turcs ont servi dans les arm√©es de l’empire abbasside, et √† cause de la route de la soie, les Arabes et les Turcs ont √©chang√© des marchandises et se sont parl√© de leur vie et de leur culture. Malgr√© leurs distinctions culturelles et r√©gionales, ils ont pu coexister √† l’amiable.

Le premier musulman converti en Asie centrale

Khan Satuk Bughra Khan des Kara-Khanids est reconnu comme le premier converti musulman en Asie centrale, marquant une √©tape importante dans la propagation de l’islam au peuple turc et ouvrant la voie √† l’expansion future de l’empire seldjoukide.

Bien que les d√©tails exacts entourant la conversion de Khan Bughra restent flous, il est largement admis que c’√©tait le r√©sultat de son exposition √† la culture islamique .

Facteurs influents dans la conversion des Turcs

La conversion progressive des Turcs des Goktanri (G√∂kt√ľrks) √† l’islam a √©t√© un processus complexe qui s’est d√©roul√© sur plusieurs si√®cles et a √©t√© influenc√© par divers facteurs. Voici quelques-uns des facteurs les plus importants qui ont jou√© un r√īle vital dans l’acceptation de l’islam par le peuple turc :

  1. Commerce : La route de la soie, un r√©seau commercial important qui reliait l’Asie centrale au Moyen-Orient, a jou√© un r√īle vital dans la propagation de l’islam aux peuples turcs, y compris les Goktanri. Les marchands arabes et persans, qui ont travers√© la route de la soie, ont introduit l’islam et, au fur et √† mesure qu’ils interagissaient avec le peuple turc, ils ont commenc√© √† propager la foi.
  2. Facteurs politiques : De nombreuses communaut√©s turques, y compris les Goktanri, √©taient gouvern√©es par des dynasties musulmanes telles que les Abbassides et les Samanides. Ces dynasties ont activement promu l’islam aupr√®s du peuple turc, et leur impact a √©t√© vital dans la propagation de la religion.
  3. Facteurs culturels : Le tengrisme a √©t√© affect√© par la culture des peuples voisins, en particulier les Perses et les Arabes, qui avaient d√©j√† embrass√© l’islam. Les Goktanri ont adopt√© plusieurs √©l√©ments de la culture persane et arabe, tels que leur langue et leur syst√®me d’√©criture, et √† leur tour, ils ont √©t√© expos√©s √† l’islam.
  4. Facteurs spirituels : Il est crucial de noter que la conversion du peuple turc √† l’islam n’√©tait pas uniquement due √† des facteurs externes. De nombreux individus parmi les Goktanri ont √©t√© attir√©s par l’islam en raison de son attrait spirituel.

L’expansion de l’empire seldjoukide

L’Empire seldjoukide a connu une formidable expansion au XIe si√®cle. Les Turcs Oghuz, dirig√©s par Toghrul Bey, ont pris le contr√īle de la Perse et de Bagdad et ont cr√©√© leur propre royaume. Cette expansion s’est poursuivie jusqu’en 1092, lorsque les Seldjoukides ont pris le contr√īle de plusieurs petits royaumes musulmans et ont r√©gn√© du Y√©men au sud jusqu’√† l’Afghanistan √† l’est. 

Cette croissance a √©t√© rendue possible par un nouveau corps militaire qui a permis aux Seldjoukides d’√©tendre leur contr√īle √† une zone beaucoup plus vaste. Pendant ce temps, les Seldjoukides ont √©galement laiss√© une forte empreinte sur l’Islam en diffusant la loi islamique √† travers l’Asie centrale et le Moyen-Orient.

La premi√®re rencontre des Turcs avec l’islam

Turcs musulmans

Vous avez peut-√™tre d√©j√† entendu parler de la fa√ßon dont les Turcs sont devenus musulmans et des facteurs influents qui ont conduit √† leur conversion. Mais avant d’explorer ces d√©tails, regardons la premi√®re fois que les Turcs ont rencontr√© l’islam. Tout a commenc√© lorsque l’empire seldjoukide s’est √©tendu √† Rum (Rome – Asie Mineure) et a apport√© avec eux leur foi islamique. 

C’est √† ce moment que le prince Tarkhan Nizak, le souverain de Sogdiana, est devenu le premier prince turc √† se convertir √† l’islam. Les Turcs ont ensuite √©t√© expos√©s √† la culture islamique, qui s’est lentement r√©pandue parmi eux. Cela a √©t√© encore plus aid√© par la bataille de Talas, qui s’est d√©roul√©e en 751 apr√®s JC et a fait de l’islam la religion la plus populaire en Asie centrale. Avant cela, de nombreuses tribus turques pratiquaient une forme de Tengrisim, mais ont finalement embrass√© l’islam dans son int√©gralit√©.

Tribus turques et leurs religions avant l’Islam

Tengrisme

La croyance au tengrisme, l’une des croyances monoth√©istes, est la croyance la plus importante et la plus crue des Turcs. Dans les croyances du Tengrisme, il √©tait consid√©r√© comme le ¬ę¬†Goktanri¬†¬Ľ, le cr√©ateur et propri√©taire de l’univers entier et de tous les peuples. C’est le Tengrisme qui donne la vie aux gens et leur prend la vie le moment venu.

Les repr√©sentants de cette religion s’appelaient Kam et Baksi. Kams et Baksi, qui √©taient membres du clerg√©, travaillaient √† guider les gens dans la propagation de la religion. √Čtats o√Ļ la croyance au Tengrisme est visible : √Čtat Hun d’Asie, √Čtat Hun d’Europe, √Čtat de K√∂kt√ľrk, √Čtat de Kutuk, Avars, Ou√Įghours.

Dans la croyance tengriste, on croyait la vie apr√®s la mort. Apr√®s la mort, on croyait que les m√©chants iraient √† Tamu (enfer) et les bons iraient √† U√ßmańü (paradis). Lorsque les gens croyaient en la vie apr√®s la mort, ils √©taient enterr√©s dans des tombes avec leurs chevaux et leurs effets personnels.

Avant l’Islam, les Turcs enterraient leurs morts dans des tombes appel√©es Kurgan et plantaient des balbals sur leurs t√™tes. Des c√©r√©monies fun√©raires appel√©es ¬ę¬†Yuńü¬†¬Ľ ont eu lieu pour les personnes d√©c√©d√©es et des repas fun√©raires appel√©s ¬ę¬†Yuńü food ¬†¬Ľ ont √©t√© consomm√©s.

Chez les Turcs pr√©islamiques, les gens mettaient de petites statues en forme d’humain sur leurs tombes. Ces statues qu’ils mettaient √©taient √©gales au nombre d’ennemis tu√©s par le d√©funt au cours de sa vie. S’il avait tu√© 100 ennemis au cours de sa vie, ils placeraient 100 petites statues √† forme humaine sur sa tombe. Ces petites statues √©taient appel√©es ¬ę Balbal ¬Ľ. Les Turcs croyaient que ces miels les serviraient au paradis.

Ces sculptures peuvent √™tre faites de pierre ainsi que d’arbres.

Il y avait aussi une tradition de sacrifice dans la Foi du Tengrisme.

Le premier mot d√©chiffr√© dans les inscriptions de l’Orkhon qui ont surv√©cu des Kokturks √©tait ¬ę¬†Tengri¬†¬Ľ.

Bien que le clerg√© (Kam, BaksńĪ) n’ait eu aucune influence sur l’administration de l’√Čtat dans les premiers √Čtats turcs, leur ¬ęcompr√©hension religieuse¬Ľ a eu un impact sur l’administration de l’√Čtat car on croyait que l’autorit√© de gouverner le pays √©tait donn√©e aux Kagans par la croyance G√∂ktanri (Kut).

Le fait que la religion du tengrisme ait un effet sur le choix du dirigeant montre √©galement que les croyances religieuses des Turcs ont un effet sur l’administration de l’√Čtat.

Dans la religion tengriste, le c√īt√© oriental √©tait consid√©r√© comme sacr√© parce que le soleil se levait de l’est.

Similitudes entre l’islam et le tengrisme

TengrismeIslam
MonothéismeCroyance en un seul Dieu (Allah)
Interdiction du culte des idolesInterdiction du culte des idoles
Le je√Ľne du mois de d√©cembreJe√Ľner pendant le mois de Ramadan
Respect des rituels de prièreRespect des rituels de prière
Pèlerinage aux sites sacrésPèlerinage à La Mecque
Concept de charit√© et de don aux n√©cessiteuxMettre l’accent sur la charit√© et donner aux pauvres et aux n√©cessiteux
Restrictions alimentaires sur certains alimentsInterdiction de la consommation de porc et d’alcool

Diff√©rences entre l’islam et le tengrisme

La religion goktanriIslam
Pas d’√©criture sainte√Čcriture Sainte (Coran) et Hadith
Pas de prophétie ou de tradition prophétiqueAccent mis sur la prophétie et la tradition prophétique, y compris Mahomet en tant que dernier prophète
Pas de loi religieuse ou de système juridique établiAccent mis sur la charia et le système juridique
Pas de pèlerinage obligatoirePèlerinage obligatoire à La Mecque (Hajj) pour ceux qui sont physiquement et financièrement capables

Culte des Ancêtres (Animisme)

Dans le culte des anc√™tres, ils croyaient que les esprits de leurs anc√™tres d√©c√©d√©s les prot√©geaient du mal. Bouddha montre qu’il existe une croyance en l’au-del√† dans le culte des anc√™tres, comme dans la religion du tengrisme. Dans la croyance du ¬ę culte des anc√™tres ¬Ľ, les anc√™tres d√©c√©d√©s et les biens des anc√™tres d√©c√©d√©s √©taient consid√©r√©s comme sacr√©s. Cult signifie des objets ancestraux. Il a √©t√© sacrifi√© pour les anc√™tres morts dans le culte des anc√™tres.

Totémisme (Mort, Terre Eau)

C’est la plus ancienne croyance vue chez les Turcs. Certaines plantes et certains animaux (loup, aigle‚Ķ) sont consid√©r√©s comme sacr√©s et v√©n√©r√©s dans la croyance du tot√©misme.

Dans le tot√©misme, les √™tres et animaux sacr√©s √©taient appel√©s ¬ę Ongun ¬Ľ.

Le mythe de la descendance du loup indique l’existence de la croyance au tot√©misme. Le loup est l’animal le plus important consid√©r√© comme sacr√© par les Turcs.

Chamanisme

Les repr√©sentants de la foi chamanique sont les chamans, les kams et les bakshis. Les chamans, kams et baksi utilis√©s pour effectuer la magie (magie) communiquent avec les djinns et pr√©disent l’avenir. Selon la croyance du chamanisme, il existe de mauvais et de bons esprits, les gens sont en lutte avec ces esprits. Dans le chamanisme, les membres du clerg√© visent √† gu√©rir les probl√®mes des gens avec la magie et la magie.

Culte de la nature (croyance dans les forces de la nature, naturisme)

Dans la croyance du culte de la nature, certains objets inanim√©s √©taient consid√©r√©s comme sacr√©s. On croyait √©galement que ces √™tres sacr√©s avaient des pouvoirs magiques. Ces √™tres saints; Lune, soleil, ciel, rivi√®re, montagne, vall√©e, colline, rocher, for√™t, arbre, √©clair‚Ķ

Ces √™tres √©taient appel√©s ¬ę¬†Iduk¬†¬Ľ, et les pouvoirs magiques de ces √™tres √©taient appel√©s ¬ę¬†eau de la terre¬†¬Ľ.

La bataille de Talas et la propagation de l’islam

La bataille de Talas en 751 a √©t√© un tournant majeur dans la propagation de l’islam parmi les Turcs. Pendant la bataille, les forces turques se sont rang√©es du c√īt√© des musulmans et les forces chinoises ont √©t√© vaincues. Cette victoire serait une √©tape importante pour la culture et la foi islamiques car elle d√©montrerait le pouvoir de l’islam et encouragerait davantage de Turcs √† l’embrasser. L’exposition √† la culture islamique et le fait d’√™tre t√©moin de la puissance des forces musulmanes ont √©t√© un facteur cl√© dans la conversion des Turcs √† l’islam. 

On pense que cette bataille a aid√© l’islam √† se r√©pandre plus √† l’est, jusqu’en Mongolie, car elle a incit√© les tribus turques √† vouloir se convertir √† l’islam. La bataille de Talas marque donc un moment important dans l’histoire de l’Islam, car elle a non seulement d√©montr√© sa puissance, mais a √©galement contribu√© √† √©tendre son influence √† d’autres parties de l’Asie centrale.

Hatice Kulali
Hatice Kulali

Bonjour! Je m'appelle Hatice KulalńĪ, fi√®re citoyenne turque de Kutahya Gediz et pharmacienne. J'aime beaucoup mon pays, sa riche culture, son hospitalit√© exceptionnelle et ses traditions uniques. Je suis heureux de partager la beaut√© de la Turquie avec vous, bonne lecture !

Articles: 5463