ناظم حكمت

Nazim Hikmet Poèmes En Français

  • Dernière modification de la publication :mars 30, 2024
  • Temps de lecture :10 min de lecture
  • Post category:Culture

Les poèmes de Nazim Hikmet sont considérés comme parmi les plus importants et les plus controversés de la poésie turque moderne. Nazim, issu d’une famille riche et influente, a été exilé de Turquie dans les années 1950, après avoir passé de nombreuses années en prison. Il est décédé en Union Soviétique, où il avait résidé jusqu’à sa mort, en tant qu’ardent défenseur des idées communistes.

La poésie de Nazim Hikmet a été interdite en Turquie et il a été déchu de la citoyenneté turque en raison de ses convictions communistes et de sa croyance en les idées marxistes. Cependant, en 2009, il a été rétabli dans sa citoyenneté turque par le gouvernement AKP.

Notez que j’ai corrigé les erreurs de prénom et fait quelques ajustements pour améliorer la fluidité et la précision du texte.

Nazim Hikmet poèmes

Premier poème de la poésie de Nazim Hikmat Géant aux yeux bleus, petite dame et chèvrefeuille

Il était une fois un géant aux yeux bleus, Qui aimait une petite dame. Le rêve de cette femme, une petite maison, Un jardin de marbre, un chèvrefeuille, Une demeure fleurie.

C’était un géant qui aimait à la mesure de sa grandeur, Avec ses mains immenses pour des choses tout aussi grandes, Il se tenait prêt, mais ne pouvait construire, Une porte qui ne pouvait être frappée, De marbre au centre du jardin, Au cœur du chèvrefeuille, Dans la maison qui ouvre sa porte.

Il était une fois un géant aux yeux bleus, Qui aimait une petite dame. C’était une toute petite femme.

La femme, épuisée par le chemin colossal, Aspirait à du repos, à de la tranquillité. « Au revoir ! » dit le géant aux yeux bleus, Et elle se réfugia dans les bras d’un nain fortuné, Marbre au milieu du jardin, Chèvrefeuille, Dans la maison qui ouvrait sa porte.

Maintenant, le géant aux yeux bleus réalise, Qu’il ne reste même pas une tombe pour les géants amoureux, Du marbre au cœur du chèvrefeuille, Dans le jardin de la maison qui ouvre sa porte.

Nazim Hikmet Poèmes – Deuxième poème: Noyer

Ma tête est un nuage, je suis un noyer à Gulhane, Un nœud se forme, un vieux noyer soupire. Ni toi, ni la police, ne pouvez distinguer.

Je suis un noyer dans le parc de Gulhane. Mes feuilles frétillent comme des poissons dans l’eau, Mes feuilles, douces comme la soie, essuient tes larmes, ma rose. Mes feuilles sont mes mains, et j’ai cent mille mains, Ô Istanbul, cent mille mains te touchent. Mes feuilles sont mes yeux, je regarde avec étonnement, Je te vois avec cent mille yeux, ô Istanbul. Mes feuilles battent comme cent mille cœurs.

Je suis un noyer dans le parc de Gulhane, Ni toi, ni la police, ne pouvez distinguer.

Nazim Hikmat Poèmes – Troisième poème: Salutations à la classe ouvrière en Turquie!

Salutations à la classe ouvrière en Turquie ! Bienvenue ! Paix aux graines florissantes ! Tous les espoirs dans vos mains, Les jours à venir, les jours bénis sont entre vos mains, Les jours de pain, de roses, et de liberté.

Salutations à la classe ouvrière en Turquie ! À ceux qui crient sur les places publiques pour notre terre, Notre désir de connaissance, de travail, Notre désir de liberté et d’étoiles.

Salutations à notre classe ouvrière qui vaincra l’ennemi ! Le règne de l’argent, l’obscurité du fanatisme, Nous saluons la classe ouvrière qui vaincra l’adversité !

Salutations à la classe ouvrière en Turquie ! Bienvenue !

Nazim Hikmet Poèmes – Quatrième poème: Martyrs

Martyrs des forces nationales, Il est temps de sortir de la tombe ! Martyrs des forces patriotiques à Sakarya, Inonu, Afyon, Et bien sûr, à Dumlopinar, Et ceux qui sont tombés entre les mains des ennemis. Vous êtes nos racines profondes sous terre, Endormies dans le sang.

Martyrs des forces patriotiques, Pendant que vous reposez sous terre, L’ennemi triomphe, Nous sommes trahis, réveillez-vous ! Levez-vous et éveillez-nous ! Réveillez-nous !

Martyrs des forces nationales, Il est temps de sortir de la tombe !

Poésie de Nazem Hikmat

Nazim Hikmet Poèmes – Cinquième Poème: Tes Yeux

Tes yeux sont tes yeux, tes yeux, Que tu viennes dans ma prison ou à mon hôpital, Tes yeux, tes yeux, tes yeux sont toujours au soleil, C’est la fin mai, Du côté d’Antalya, les récoltes sont enchantées.

Tes yeux sont tes yeux, tes yeux, Combien de fois ont-ils pleuré devant moi, Tes yeux étaient nus, Grands et nus, comme les yeux d’un enfant de six mois, Mais jamais nous n’avons connu un jour sans soleil.

Tes yeux sont tes yeux, tes yeux, Laissez vos yeux voir pleurer, Une personne heureuse, joyeuse, Aussi intelligente et parfaite que possible, Il y aura quelque chose de mythique dans ce monde.

Tes yeux sont tes yeux, En automne, ils sont comme les châtaignes de Bursa, Partant comme une pluie d’été, Et Istanbul, en toutes saisons et à tout moment.

Tes yeux sont tes yeux, tes yeux, Viendront, le jour de ma rose, le jour viendra, Où les gens seront frères et sœurs, Ils regarderont avec tes yeux, ma fleur, Ils regarderont avec tes yeux.

Nazim Hikmet Poèmes – Sixième Poème: Le Désir

Cent ans ont passé, je n’ai pas vu ton visage, Tu devrais couvrir ta taille, Ne te perd pas dans tes yeux, Ne pose pas de questions à une personne éclairée, La température de ton estomac au toucher.

Elle m’attend depuis cent ans, Une femme en ville.

Nous étions du même rameau, nous étions de la même branche, Cent ans de séparation, c’est cent ans.

Dans le crépuscule, pendant cent ans, Je cours toujours.

Poésie de Nazim Hikmat

Nazim Hikmet Poèmes – Septième Poème: Ma Bien-Aimée

Ma bien-aimée, si je te mens, Que ma langue se brise, interdite De murmurer « je t’aime », pour ton bonheur.

Ma bien-aimée, si je trace un mensonge, Que ma main se dessèche, privée De la joie de t’embrasser.

Si tu mens, ma chère, mes yeux tournés vers toi, Qu’ils pleurent jusqu’à se tarir comme des larmes rares, Et qu’ils ne puissent plus jamais te revoir.

Nazim Hikmet Poèmes – Huitième Poème: Traître à la Patrie

Hikmet persiste à trahir. Hikmet a proclamé : Nous sommes une semi-colonie de l’impérialisme américain. Le régime l’accuse toujours de trahison. Ces mots, criés en noir sur trois colonnes, Sont apparus dans un journal d’Ankara, près de l’image De l’amiral Willemson riant, l’Amérique Offrant 120 millions de livres à notre budget.

Oui, je suis un traître, si vous êtes ma patrie. Si aimer la patrie c’est trahir, alors je suis un traître. Si votre patrie est la terre du fermier, Si la patrie réside dans vos caisses et vos chéquiers, Si la patrie se meurt de faim, Si elle frissonne comme un chien dans le froid, tourmentée de paludisme en été, Alors je suis un traître, toujours.

Nazim Hikmet Poèmes – Neuvième Poème: Si Tu Es un Nuage

Merveilleux nuage au-dessus de la mer, Le navire argenté abrite Un poisson jaune dans son sein, Dans la mousse bleue en profondeur. Un homme nu sur le rivage, Songe qu’il est arrêté.

Dois-je être le nuage, Ou le navire, Dois-je être un poisson, Ou la mousse… Ni ceci, ni cela. Moi, je dois être la mer, fils, Avec ses nuages, son navire, ses poissons, et ses algues.

Nazim Hikmet Poèmes – Dixième Poème: Le Port Bleu

Je suis si fatigué, capitaine, ne m’attendez pas. Qu’un autre écrive le journal. Dôme de Çınarlı, Port Bleu. Tu ne peux m’emmener dans ce port.