/ /

Palestine ottomane

La Palestine ottomane a vécu pendant une longue période de près de 400 ans sous le règne de l’Empire ottoman, où la Palestine a été témoin de l’harmonie et d’une paix relative pendant longtemps.

La Palestine est entrée sous la domination ottomane en 1516, et a continué jusqu’à la Première Guerre mondiale, et a été témoin d’un grand intérêt de la part des sultans ottomans.

Palestine ottomane

A propos de la Palestine ottomane

La Palestine, sous la domination ottomane pendant 400 ans, a connu la plus grande ère de prospérité et de paix. L’administration ottomane a toujours attaché une grande importance à l’administration de la Palestine, qui comprend Jérusalem, considérée comme la troisième ville sainte de l’Islam après Médine et La Mecque.

L’Empire ottoman a poursuivi une politique garantissant la libre pratique religieuse dans les lieux saints. De plus, les Ottomans ont pris soin de ne pas interférer avec la liberté de pratique entre les différentes sectes et sectes religieuses.

L’Empire ottoman n’a pas renoncé à ses efforts pour maintenir la paix et la stabilité en Palestine par tous les moyens nécessaires, qu’ils soient administratifs, militaires ou économiques.

La conquête ottomane de la Palestine

La Palestine est entrée sous le règne de l’Empire ottoman après la bataille de Marj Dabiq, sous le règne du sultan Selim I, après la défaite des Mamelouks.

Le sultan Soliman le Magnifique a également achevé la conquête de la zone autour de la Palestine. Les premiers actes de l’Empire ottoman après la conquête de la Palestine furent:

  • Reconstruction des murs de l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa pour protéger les lieux saints
  • Rénovation et restauration du Dôme du Rocher
  • Restauration de la tombe de David

Le statut de la Palestine à l’époque ottomane

Division administrative

Pendant la période ottomane, la terre de Palestine était divisée en plusieurs sanjaks, à savoir:

  • Sanjak d’Al-Quds Al-Sharif
  • Quartier de Beersheba
  • Sanjak Gaza
  • District d’Hébron
  • Sanjak de Naplouse
  • District de Jaffa
  • District de Nazareth

La division administrative de la Palestine ottomane a changé au cours de l’histoire, car la division s’est généralement établie en deux parties, le nord de la Palestine sous le règne du gouverneur de Beyrouth et le sud de la Palestine sous le règne du gouverneur de Jérusalem.

En 1887, sur ordre du sultan  Abdul Hamid II,  qui ressentit l’avidité des grandes puissances pour contrôler la Palestine, Jérusalem fut transformée en un gouvernorat directement affilié au centre de l’Empire ottoman.

Mosquée Al-Aqsa à l'époque ottomane
Carte de la Mutasarrifah de Jérusalem pendant l’Empire ottoman

Les cartes montrent les limites du Mutasarrifat de Jérusalem et son chevauchement avec la Province du Levant, ainsi qu’avec le Mutasarrifat de Beyrouth et le Sanjak de Syrie.

Mosquée Al-Aqsa à l'époque ottomane
Frontières de la Mutasarrifah de Jérusalem à l’époque ottomane avec l’Égypte

Démographie de la Palestine ottomane

Les Arabes musulmans formaient la majorité de la population de la Palestine ottomane, car selon le recensement de 1880, 87% de la population de la Palestine étaient des Arabes musulmans.

La majorité des musulmans en Palestine à l’époque ottomane étaient sunnites, et les druzes et chiites habitaient également la Palestine à cette époque.

L’économie de la Palestine à l’époque ottomane dépendait en grande partie de l’agriculture, car les terres de l’État étaient données aux agriculteurs pour en prendre soin.

Les terres sont passées d’une génération à l’autre, jusqu’à ce que la loi foncière soit promulguée en 1858 pour accorder aux habitants de la Palestine ottomane des titres de propriété pour leurs terres qui déterminent la propriété de chaque individu.

Les chrétiens et les juifs vivant en Palestine à cette époque étaient principalement engagés dans le commerce et vivaient dans les villes.

Mosquée Al-Aqsa à l'époque ottomane
Mosquée Al-Aqsa à l’époque de l’Empire ottoman

Minorités religieuses en Palestine ottomane

Les Ottomans ont fait preuve de tolérance envers les personnes d’autres religions en Palestine, car le sultan Selim I a publié un décret après la conquête de la Palestine accordant aux chrétiens vivant à Jérusalem le droit de garder les églises et les monastères et de préserver leur argent et leur vie conformément à l’assurance d’Omar.

L’Empire ottoman a parfaitement fonctionné pour maintenir la paix à Jérusalem, les sultans et les gouverneurs intervenant en permanence pour résoudre les différends entre catholiques, orthodoxes, grecs, arméniens, russes, coptes.

Sous le règne de l’Empire ottoman, toutes les dénominations chrétiennes vivaient en harmonie et dans un ordre stable.

Les Ottomans ont institué un système de «Millet», qui a donné un statut juridique et la liberté aux divers éléments de la société palestinienne.

Mosquée Al-Aqsa à l'époque ottomane
Chrétiens en Palestine ottomane

L’harmonie en Palestine sous la domination ottomane ne se limitait pas aux seuls musulmans et chrétiens, mais les juifs vivaient également sous la justice de l’Empire ottoman, comme le montrent de nombreuses situations.

Les documents d’archives ottomanes montrent que l’Empire ottoman a facilité la restauration d’une synagogue et son expansion pour construire un temple plus grand.

L’harmonie entre toutes les parties de la société palestinienne s’est poursuivie jusqu’au règne du sultan Abdul Hamid II, lorsque le mouvement sioniste a tenté d’apporter un énorme changement démographique en Palestine, en encourageant l’immigration de juifs en grand nombre de tous les pays du monde dans le désir de établir un État indépendant à l’intérieur des frontières de l’État ottoman.

Le sultan Abdul Hamid II a pris de nombreuses mesures pour protéger la paix et l’harmonie existant depuis 400 ans à Jérusalem, car le sultan a publié de nombreux décrets pour empêcher l’immigration massive de juifs visant à changer la structure sociale de la Palestine ottomane.

Plusieurs lois ont été introduites pour empêcher l’immigration de juifs en Palestine.

Malgré le désir des pays européens de contrôler la Palestine à l’époque du sultan Abdul Hamid II, cela n’a pas affecté la minorité chrétienne de Jérusalem, car le sultan traitait les chrétiens de Jérusalem et de Palestine en général, avec le même traitement tolérant que ses ancêtres. .

Mosquée Al-Aqsa à l'époque ottomane
Minorités juives en Palestine ottomane

Les archives ottomanes ont publié un document que le sultan Abdul Hamid II a envoyé à l’église de Bethléem lors des célébrations du Nouvel An, souhaitant bonheur et sécurité aux chrétiens de Palestine.

La présence juive en Palestine ottomane

L’administration ottomane a reconnu la présence juive en Palestine ottomane et leur a permis d’émigrer de temps en temps. D’après les archives historiques.

La communauté juive en Palestine ottomane était composée de juifs séfarades, qui s’étaient largement fusionnés avec la population locale, et de juifs ashkénazes, qui venaient dans des villes qu’ils considéraient comme sacrées.

Peu de Juifs ashkénazes ont vécu du commerce, la plupart d’entre eux ont survécu grâce aux dons provenant de juifs du monde entier.

La situation des Juifs en Palestine a changé après l’émergence du mouvement sioniste, qui visait à monopoliser la Palestine ottomane pour les Juifs uniquement et à établir leur propre État.

Le sultan Abdul Hamid II a autorisé les Juifs persécutés dans le monde à s’installer sur les terres ottomanes, à l’exception de la Palestine.

L’Empire ottoman a pris à cette époque de nombreuses mesures pour combattre le sionisme, dont les plus importantes étaient:

  • Interdiction pour les Juifs d’acheter des terres
  • Accorder une autorisation temporaire aux visiteurs de Jérusalem pour le Hajj
  • L’imposition de visas
Mosquée Al-Aqsa à l'époque ottomane

Palestine ottomane et sionisme

Le mouvement sioniste, dirigé par Theodor Herzl, s’est concentré sur la communication avec l’Empire ottoman au début et a tenté d’établir un foyer national pour les juifs en Palestine.

Le sionisme a initialement proposé à l’État d’acheter la Palestine pour un montant de 150 000 kilogrammes d’or, ce qui a été catégoriquement opposé par le sultan Abdul Hamid.

Le sultan Abdul Hamid a été une pierre d’achoppement devant le mouvement sioniste pour contrôler la Palestine ottomane, jusqu’à son limogeage, car le sultan a accusé le sionisme de travailler pour le destituer, d’autant plus qu’il y avait une personne juive dans la délégation qui l’a informé de sa destitution de la position du califat islamique et du sultanat, où le sultan a exprimé sa surprise qu’il y ait un juif dans cette situation.

Mosquée Al-Aqsa à l'époque ottomane
Minorités religieuses en Palestine à l’époque ottomane

Après la destitution du sultan Abdul Hamid et l’arrivée au pouvoir de l’Association pour l’Union et le progrès, le nouveau gouvernement a commencé à tolérer le sionisme, car il a supprimé bon nombre des restrictions imposées par le sultan de l’interdiction d’acheter des terres et des visas.

L’approche clémente n’a pas duré longtemps, car avec la propagation des mouvements séparatistes dans tout l’Empire ottoman, l’Union et le Progrès ont commencé à considérer les efforts planifiés du sionisme pour coloniser la Palestine avec méfiance.

Le gouvernement d’Union et de Progrès a de nouveau introduit des restrictions à l’immigration en Palestine ottomane afin de ne pas permettre l’émergence d’un nouveau mouvement séparatiste.

Les tentatives sionistes de contrôler les terres de Palestine se sont multipliées, à mesure que le Fonds national juif a été créé pour financer les acquisitions de terres.

Le gouvernement central ottoman n’a pas pu empêcher ces développements et le mouvement d’immigration sioniste en Palestine ottomane s’est intensifié.

Mosquée Al-Aqsa à l'époque ottomane
La Palestine à l’époque ottomane

La fin du règne de l’Empire ottoman en Palestine

Pendant la Première Guerre mondiale, les puissances européennes, qui étaient contre l’alliance ottomane-allemande, ont commencé à inciter les éléments non turcs et non musulmans dans les terres ottomanes, en particulier les sionistes, contre l’autorité de l’État.

L’Empire ottoman a perdu la bataille de Magdhaba, la bataille de Rafah et la bataille de Beer Sheva, pour mettre fin à la domination ottomane en Palestine et au Levant.

La zone a été occupée par les forces alliées venant d’Egypte dans la partie sud de la Palestine en 1917 pendant la Première Guerre mondiale sous la direction du maréchal Allenby.

Mosquée Al-Aqsa à l'époque ottomane
Soldats ottomans à Jérusalem

Le maréchal Allenby s’est adressé au peuple après l’occupation de Jérusalem et a déclaré que les croisades étaient maintenant terminées, de sorte que la domination ottomane à Jérusalem prenait fin et que la Palestine entrerait dans un état de conflit permanent et d’instabilité depuis cette date.

La Grande-Bretagne, après son occupation de la Palestine, a mis en œuvre la Déclaration Balfour et a encouragé l’immigration massive de juifs sionistes en Palestine, ce qui était le commentaire du premier dirigeant britannique de Jérusalem, disant:

L’administration militaire a violé le principe du « statu quo » dans la question sioniste. La Palestine était un État appartenant à l’État ottoman musulman et la grande majorité de ses habitants étaient des Arabes. En vertu du statu quo, nous avions le droit (et l’instruction) de faire comprendre à ceux qui désiraient des réformes immédiates que nous étions ici simplement en tant que gouvernement militaire et non en tant que réorganisateur civil. Notre procédure logique aurait donc été d’administrer le territoire comme s’il s’agissait de l’Égypte ou de tout autre pays comptant d’importantes minorités, en faisant de l’anglais la langue officielle, en fournissant des traductions et des interprètes en arabe, et en traitant les résidents juifs, européens, arméniens et autres comme ils auraient été traités en Égypte.

Mosquée Al-Aqsa à l'époque ottomane

Documents sur la Palestine ottomane

Le département des archives de l’État turc a publié  environ 500 documents des archives ottomanes  couvrant les aspects de la vie administrative, sanitaire, sociale et religieuse, la sécurité, le soin des édifices sacrés, la présence juive en Palestine, l’éducation et la vie sociale, et la protection de la caractère culturel de la Palestine.