Loi n° 4691 sur les zones de développement technologique en Turquie

Cet article fournira la traduction française de la loi turque sur les zones de développement technologique n ° 4691.

La traduction est faite par Turkpidya à partir du journal officiel turc original, et ce n’est pas une traduction officielle.

Loi n° 4691 sur les zones de développement technologique en Turquie

Objet, portée, fondement, définitions et abréviations

Objectif

ARTICLE 1 – (1) L’objet du présent règlement ; pour réglementer la création, le fonctionnement, la gestion et la supervision des zones de développement technologique et les devoirs, pouvoirs et responsabilités des personnes et institutions qui leur sont liées et d’autres procédures et principes concernant la mise en œuvre de la loi n° 4691 du 26/6 sur les zones de développement technologique /2001 .

Portée

ARTICLE 2 – (1) Le présent règlement ; Elle couvre la création, le fonctionnement, la gestion et la supervision des zones de développement technologique et les devoirs, pouvoirs et responsabilités des personnes et institutions qui y sont liées, ainsi que d’autres procédures et principes concernant la mise en œuvre de la loi n° 4691 sur les zones de développement technologique.

(2) Dans les activités dans les régions couvertes par la loi n° 4691 sur les zones de développement technologique ; Loi n° 5018 du 10/12/2003 sur la gestion et le contrôle des finances publiques, loi n° 6085 sur la Cour des comptes du 3/12/2010, loi n° 2886 sur les marchés publics du 8/9/1983 et n° 4734 du 4/ 1/2002 Les dispositions de la loi sur les marchés publics ne sont pas applicables.

Repos

ARTICLE 3 – (1) Le présent règlement est régi par les articles 4, 5, 8, 9 et temporaires 2 de la loi n ° 4691 et l’article 27 du décret-loi sur l’organisation et les fonctions du ministère de la science, de l’industrie et de la technologie. daté du 3/6/2011 et numéroté 635. établi conformément à

Definitions et ABREVIATIONS

ARTICLE 4 – (1) Dans le présent règlement ;

a) Recherche et développement (R&D) : études créatives menées de manière systématique pour accroître les connaissances sur la recherche et le développement, la culture, les connaissances humaines et sociétales et les utiliser pour concevoir de nouveaux processus, systèmes et applications, y compris des logiciels,

b) Chercheur : Experts titulaires d’au moins un baccalauréat qui sont impliqués dans la conception ou la création de nouvelles informations, produits, processus, méthodes et systèmes, et la gestion de projets connexes, dans des projets entrant dans le cadre des activités de R&D et de la définition de l’innovation ,

c) Activités de production basées sur la R&D : Le processus original, le service, la méthode, la technique de production, les outils utiles, les matériaux, les logiciels, les produits et les systèmes qui émergent à la suite des activités de R&D menées par les entrepreneurs opérant dans la Région sont situé dans la Région. les activités de fabrication de produits commerciaux et de leur production dans les unités de production de terrain,

ç) Centres ou instituts de R&D : les lieux où sont menées des activités de R&D pour le développement de technologies et de produits, qui appartiennent au public, disposent d’une main-d’œuvre qualifiée et de machines, de matériel et de logiciels basés sur les technologies modernes de l’époque,

d) Personnel de R&D : Chercheurs, développeurs de logiciels et techniciens directement impliqués dans les activités de R&D,

e) Ministère : Le Ministère de la Science, de l’Industrie et de la Technologie,

f) Dossier de demande : Le dossier contenant les informations et documents nécessaires dans le cadre du présent Règlement concernant la demande d’établissement de la Zone, l’ajout d’une zone supplémentaire à la Zone ou la modification de la limite de la Zone ou l’annulation de la Superficie,

g) Région : Région de développement technologique,

ğ) Superficie de la Zone : Chaque zone détachée de la Zone sur le terrain, dont les limites sont déterminées par des valeurs de coordonnées,

h) Directive d’exploitation de la Zone : la directive préparée par la société gestionnaire, qui comprend les procédures et les principes concernant les services à fournir aux entrepreneurs devant être situés dans la Zone et les activités et pratiques à mener dans la Zone,

ı) Soutien : Sur les dépenses liées à la construction des infrastructures, des bâtiments administratifs et des centres d’incubation nécessaires aux régions, des programmes d’incubation réalisés ou à réaliser par la société gestionnaire pour soutenir les activités de R&D et d’innovation, des services de bureau de transfert de technologie et programmes de coopération technologique, la part qui ne peut être prise en charge par la société gestionnaire est transférée au budget du Ministère. l’appropriation,

i) Personnel d’appui : Cadres, personnels techniques, laborantins, secrétaires, ouvriers et personnels assimilés qui participent aux activités de R&D ou sont directement liés à ces activités,

j) Direction Générale : Ministère Direction Générale de la Science et de la Technologie,

k) Entrepreneur : Personnes physiques et morales qui souhaitent ou bénéficient des services et opportunités de la région,

l) Bâtiment administratif : la structure qui comprend les bureaux, les services techniques et sociaux à utiliser par le personnel à employer par la société de gestion afin de réaliser les services à fournir dans la Région, où le centre d’incubation et de transfert de technologie bureaux, ainsi que les entrepreneurs si besoin, peuvent avoir lieu,

m) Loi : Loi n° 4691 sur les zones de développement technologique,

n) KOSGEB : Administration de développement et d’appui aux petites et moyennes entreprises,

o) Centre d’incubation (incubateur) : Afin de développer surtout les jeunes et nouvelles entreprises ; Structures où les services de bureau, le soutien à l’équipement, le soutien à la gestion, l’accès aux ressources financières, les services de soutien commerciaux et techniques critiques sont fournis sous un même toit aux entreprises entrepreneuriales ,

ö) Comité fondateur : composé d’au moins une université ou un institut de haute technologie ou un centre ou institut public de R&D et des représentants d’autres institutions et organisations de la province où se trouve la Région, la création de la Région devant les institutions et organisations concernées dans le processus jusqu’à la création de la société gestionnaire de la Région. le comité chargé de tous les travaux et opérations y afférents,

p) Zone de développement technologique : une invention technologique, un produit commercial, une méthode, où des entreprises utilisant une technologie de pointe/de pointe ou orientées vers les nouvelles technologies produisent/développent une technologie ou un logiciel en utilisant les installations d’une certaine université ou d’un institut de haute technologie ou d’une R&D D centre ou institut . ou dans ou à proximité de la même université, institut de haute technologie ou centre ou institut de R&D, où ils opèrent pour les transformer en services et contribuer ainsi au développement de la région ; le site où s’intègre la structure académique, économique et sociale, ou le technoparc ou la technopole présentant ces caractéristiques ,

r) Technicien : les personnes qui ont reçu une formation supérieure dans le domaine de l’ingénierie, des sciences et des sciences de la santé, ou celles qui sont diplômées des départements techniques, scientifiques et sanitaires des lycées professionnels ou des écoles professionnelles, et qui ont des connaissances et une expérience techniques,

s) Bureau de transfert de technologie (TTO) : information, coordination, direction de la recherche, incitation à la création de nouvelles entreprises de R&D entre les institutions et organismes de R&D développeurs de technologies et les entreprises industrielles utilisatrices de technologies ou d’autres institutions et organismes de technologie ou de R&D, La structure qui opère dans le développement de la coopération, la protection, la commercialisation et la vente des droits de propriété intellectuelle, la gestion des revenus tirés de la vente de la propriété intellectuelle,

ş) Produit technologique : Un produit à haute valeur ajoutée et compétitif, qui est produit par une main-d’œuvre qualifiée utilisant les connaissances scientifiques et la recherche technologique afin de répondre aux besoins sociaux et d’élever le niveau de vie, qui diffère sensiblement de celui existant,

t) TOBB : L’Union des chambres et des bourses de commerce de Turquie,

u) TÜBİTAK : Conseil de la recherche scientifique et technologique de Turquie,

ü) Université : Universités qui ont achevé leur structuration en ingénierie et sciences fondamentales en termes d’effectifs et d’équipements techniques et sont agréées par le Conseil de l’Enseignement Supérieur pour disposer d’un personnel de recherche suffisant au niveau des doctorants,

v) Unités de production : Unités de production implantées ou exploitées par des personnes physiques ou morales opérant dans la Région conformément à l’objet de la Loi, basées sur des technologies nouvelles et de pointe et ne nuisant pas à l’environnement,

y) Innovation dans le produit : un produit technologiquement nouveau est un produit qui présente des différences essentielles et technologiques en termes de matériau, de pièces et de fonctions par rapport à la génération de produits précédente,

z) Innovation dans les méthodes de production : la méthode utilisée dans la production de produits nouveaux ou améliorés qui ne peuvent pas être fabriqués dans des installations de production traditionnelles, ou dans la production de produits qui sont encore fabriqués avec de nouvelles techniques,

aa ) Rapport de faisabilité : le rapport préparé conformément aux principes de préparation du rapport de faisabilité de la zone de développement technologique inclus dans l’annexe du présent règlement,

bb ) Logiciel : Conception, dans une certaine systématique, de l’ensemble des commandes ou des programmes qui permettent à un ordinateur, un dispositif de communication ou un autre dispositif basé sur les technologies de l’information de fonctionner et d’effectuer les opérations nécessaires concernant les données qui lui sont fournies, et les documents comprenant leur code liste, manuels d’exploitation et d’utilisation, Tous les produits et services sous forme de développement et toutes les formes de livraison telles que la licence, la location et le transfert avec tous les droits de ces produits ou biens et services,

cc ) Personnel logiciel : Personnel qualifié qui travaille dans le processus défini comme logiciel, développe et produit des programmes, et possède une expérience ou une formation suffisante dans son domaine,

çç ) Innovation : être capable de répondre à des besoins sociaux et économiques, être introduit avec succès sur des marchés existants ou créer de nouveaux marchés ; les processus et les résultats des processus créés avec l’idée d’un nouveau produit ou produit, service, application, méthode ou modèle commercial,

dd ) YÖK : Conseil de l’enseignement supérieur,

ee ) Société gestionnaire : La société constituée en société anonyme conformément à la loi et chargée de la gestion et de l’exploitation de la Zone,

moyens .

DEUXIÈME PARTIE

Établissement, exploitation, activités devant avoir lieu dans la zone

Procédures et principes connexes

Constitution du comité fondateur

ARTICLE 5 – (1) Les représentants d’au moins une université ou un institut de haute technologie ou un centre ou institut public de R& D de la province où se situe la Zone, et ceux qui souhaitent y participer des institutions et organismes visés à l’article 14, qui se réunissent d’établir une Zone, avec leurs représentants. Ils forment le comité fondateur avec un protocole.   

Sélection de l’emplacement

ARTICLE 6 – (1) Le choix de l’emplacement de la zone à utiliser aux fins de la loi est effectué par le comité fondateur ou la société gestionnaire.

(2) Il est nécessaire d’avoir au moins une université ou un institut de haute technologie ou un centre ou institut public de R&D à l’intérieur des frontières de la province où la sélection du site pour la région est faite.

(3) Comité Fondateur ou Société Régionale de Gestion ; La proximité de la zone de la Région à sélectionner avec l’université ou l’institut de haute technologie ou le centre ou institut public de R&D au sein du comité fondateur ou du partenariat de la société gestionnaire, ou à être sur ou à proximité des terrains de ces établissements ou organismes, ainsi que les qualifications des industriels et entrepreneurs de la région où elle est implantée, Le potentiel de main-d’œuvre, la situation géologique de la région, ses infrastructures sociales et techniques, sa conformité aux objectifs des plans de développement du pays, et le contenu des plans d’aménagement du territoire approuvés les plans d’orientation et le plan environnemental, le cas échéant, la propriété et le statut cadastral du terrain sélectionné, la voie d’aménagement, le cadastre. Il tient compte de sa façade sur une route ou voie d’accès de raccordement,

(4) Zones couvertes par la loi sur le littoral, zones de protection des eaux, zones géologiquement inacceptables, zones minières, zones agricoles, zones de pâturage, zones forestières, parcs nationaux, zones humides, parcs naturels, zones de protection de la nature, monuments naturels, zones de protection de la faune, zones d’amélioration de la vie sauvage, arbres monumentaux, 07/01/2003Exemples de terrains de chasse, zones marines sensibles, aires protégées, zones de protection et de développement culturel et touristique et centres touristiques, zones militaires interdites et zones de sécurité, zones spéciales de protection de l’environnement et zones de production d’énergie des installations sont situées, enregistrées en vertu de la loi sur la chasse aux terres n °. D’autres zones similaires dont l’utilisation est restreinte conformément à la législation et ne peuvent pas être sélectionnées comme zone ou utilisées à cette fin ne peuvent pas être sélectionnées comme zone de zone. Cependant, ceux qui sont autorisés à être sélectionnés en tant que région conformément à la législation pertinente conformément à la législation pertinente, peuvent être sélectionnés en tant que zone de région. Concernant la zone Région sélectionnée,

(5) Autoroutes, voies ferrées, ports, aéroports, centres résidentiels, université ou institut de haute technologie ou centre ou institut public de R&D, zones industrielles existantes ou en construction, frontières provinciales, municipalité et frontière de la zone adjacente, stockage des déchets solides Une échelle appropriée une carte thématique, qui comprend les zones d’importance stratégique pour la Région et ses environs, et d’autres zones de développement technologique, le cas échéant, à l’intérieur des frontières de la province, est préparée avec un rapport de synthèse explicatif sous la responsabilité de l’ingénieur géomètre ou de l’urbaniste . De plus, la carte topographique standard à l’échelle 1/25 000 avec la zone de zone marquée est également ajoutée. Couvrant la zone de la région, le cas échéant ; spatialement certifié par les administrations compétentesPlan stratégique, plan environnemental, Le plan de zonage à l’échelle 1/5000 et les décisions de plan, les cartes à l’échelle 1/1000 ou plus petite, les plans d’obstacles aériens et le rapport d’étude géologique ou le rapport d’étude au sol approuvé par l’institution compétente qui détermine la situation de risque naturel et de tremblement de terre sont également joints. L’absence de ces documents doit être documentée séparément par les institutions concernées.

(6) Signé par le comité fondateur ou le représentant de la société gestionnaire, dans la norme A4, dans lequel sont gravés les limites de la zone et les points d’angle, ainsi que les valeurs des coordonnées, la superficie, l’échelle, le signe nord et le nom de la zone et les informations sur la province, le district et la ville/ville/village sont spécifiées. La carte à l’échelle appropriée est établie sous la responsabilité de l’ingénieur géomètre. Si la candidature pour la Région est approuvée par la Commission d’Evaluation, cette carte est soumise au Conseil des Ministres avec la décision de la Commission d’Evaluation afin de finaliser les limites de l’espace de la Région.

Recherche et développement, potentiel de l’industrie et adéquation financière

ARTICLE 7 – (1) La condition de disposer d’un potentiel R&D et industriel suffisant et d’une adéquation financière dans la région où la région est projetée de s’implanter est recherchée.

(2) À tenir dans la région; Informations sur le plan de financement à fournir par les fondateurs de la Zone pour la réalisation du bâtiment administratif, du centre d’incubation et de la construction des infrastructures, et des programmes d’incubation, des services de bureau de transfert de technologie et des programmes de coopération technologique réalisés ou à réaliser par la société gestionnaire pour les activités de soutien à la R&D et à l’innovation sont précisées dans le rapport de faisabilité. Le montant du capital en espèces spécifié dans le rapport de faisabilité ne peut être inférieur à deux fois le capital requis dans le Code de commerce turc n ° 6102 du 13/1/2011.

(3) Le comité d’évaluation décide de l’adéquation du potentiel de R&D et industriel existant dans la région et de la structure financière nécessaire à l’établissement et au fonctionnement de la région, conformément aux informations fournies dans le rapport de faisabilité joint au présent règlement.

Demandes de district

ARTICLE 8 – (1) Le comité fondateur formule sa demande concernant la création de la Zone, et s’il s’agit de la société gestionnaire de la Zone, concernant l’adjonction d’une zone supplémentaire à la Zone, la modification de la délimitation de la Zone ou la suppression de la zone, ainsi que les 8 dossiers de candidature des équipes qu’elle préparera, à la Direction Générale.

(2) Les informations et documents à joindre au dossier de candidature sont listés ci-dessous.

a) Pour l’établissement régional ;

1) Lettre de candidature,

2) Protocole du comité fondateur,

3) Informations cadastrales et plan de propriété certifié ou plan du lieu sélectionné,

4) Lettre de consentement à obtenir du propriétaire du terrain sélectionné,

5) Documents requis aux quatrième, cinquième et sixième alinéas de l’article 6,

6) Avis à recevoir de l’institution compétente qui a le pouvoir d’approuver le plan sur la zone sélectionnée, quant à savoir s’il y a un inconvénient en termes d’intégrité du plan,

7) Rapport de faisabilité.

b) Pour l’agrandissement de la superficie de la zone ou l’ajout d’une superficie supplémentaire à la zone ;

1) Lettre de candidature,

2) La décision du conseil d’administration de la société dirigeante relative à la demande,

3) Informations cadastrales et plan de propriété certifié ou plan du lieu sélectionné,

4) Lettre de consentement à obtenir du propriétaire du terrain sélectionné,

5) Documents requis aux quatrième, cinquième et sixième alinéas de l’article 6,

6) Avis à recevoir de l’institution compétente qui a le pouvoir d’approuver le plan sur la zone sélectionnée, quant à savoir s’il y a un inconvénient en termes d’intégrité du plan,

7) Les données du rapport de faisabilité dans l’annexe du présent règlement sous la rubrique « Informations sur la sélection de la zone de la région ». Cependant, si la zone supplémentaire ajoutée à la zone est située à l’intérieur des frontières de différentes provinces, le rapport de faisabilité pour cette province est à nouveau préparé.

c) Pour le rétrécissement de la superficie de la Zone ou l’annulation de la superficie de la Zone ;

1) Lettre de candidature,

2) La décision du conseil d’administration de la société dirigeante relative à la demande,

3) Informations sur le cadastre et feuille de propriété certifiée ou carte de la zone retirée de la zone et de la zone restante ou de la zone dont l’annulation est demandée en tant que zone de zone,

4) Une lettre de consentement à obtenir du propriétaire du lieu qui a été retiré de la zone ou dont l’annulation est demandée en tant que zone de zone,

5) Documents requis au sixième alinéa de l’article 6

(3) Les limites de la zone de suggestion sont marquées sur le cadastre – feuille ou carte de propriété, plan de zonage, carte actuelle et bases similaires dans le dossier de demande concernant l’établissement de la zone, l’ajout d’une zone supplémentaire à la zone, le changement de la Limite de zone ou annulation de la zone Zone.

(4) Le dossier régional de candidature est examiné par la Direction Générale dans un délai de quinze jours quant à son caractère complet ou non. En cas de lacunes dans le dossier de candidature, les lacunes sont notifiées au demandeur. Si le dossier de candidature est complet, il est évalué par le comité d’évaluation dans un délai de deux mois. Le dossier de candidature de l’établissement régional est soumis à l’évaluation des membres de la commission d’évaluation au plus tard quinze jours avant la date de réunion par la direction générale.

Composition du comité d’évaluation

ARTICLE 9 – (1) La commission d’évaluation est composée du chef de département ou d’un directeur de niveau supérieur et d’un représentant suppléant qui évaluera le dossier de candidature concernant la Région au regard des dispositions de la Loi et du présent Règlement et des questions concernant l’établissement. ils représentent. En cas d’empêchement du membre titulaire, le membre suppléant assiste à la réunion. Dans le cas où les membres titulaires et suppléants ne peuvent pas assister à la réunion, l’institution et l’organisation concernées sont informées par le ministère afin de s’assurer que leur statut de membre est réexaminé.

(2) comité d’évaluation;

a) Ministère,

b) Ministère des Finances,

c) Ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme,

ç) Ministère du Développement,

d) YÖK,

e) TUBITAK,

f) TOBB,

g) Une institution privée opérant sur une technologie à déterminer par le Ministère,

Il est composé de représentants de huit institutions ou organisations.

Principes et procédures de travail du comité d’évaluation

ARTICLE 10 – (1) Les procédures et principes de travail du comité d’évaluation sont exposés ci-dessous.

a) Le comité d’évaluation se réunit sous la présidence du directeur général du ministère chargé de la science et de la technologie avec la participation d’au moins six membres.

b) Les travaux de secrétariat du Conseil sont assurés par la Direction Générale.

c) En cas de besoin, le Conseil se réunit sur convocation écrite de la Direction générale ou d’au moins trois membres du Conseil d’évaluation sur le même sujet, sans en faire la demande, et peut prendre une décision concernant la Région dans le cadre du loi et le présent règlement.

ç) Les membres du Conseil examinent le dossier de candidature dans le cadre des dispositions de la Loi et du présent Règlement en fonction des questions concernant l’institution et l’organisme qu’ils représentent, et ;

1) L’adéquation du lieu sélectionné en termes de plans d’aménagement, de plans de stratégie spatiale approuvés, le cas échéant, de plan environnemental et d’autres critères de sélection du site,

2) R&D, présence potentielle académique et industrielle et adéquation financière dans la région,

3) L’adéquation de l’université ou de l’institut de haute technologie ou du centre ou institut public de R&D qui coopère à l’établissement régional,

4) Conformité des domaines technologiques dans lesquels la zone à établir fonctionnera avec l’objet de la loi,

5) Si les attentes de la production, du marché et du secteur dans la région sont à un niveau qui aura un impact positif sur le dynamisme de l’activité de la Région,

6) S’il sera possible de produire et de développer une technologie nouvelle et avancée dans la région à établir,

7) Contributions éventuelles de la Région à mettre en place au développement économique, technologique, social et culturel du pays et de la région,

8) Les éventuelles contributions des institutions et organisations à coopérer à la formation et au succès de la Région,

9) L’adéquation des structures financières des fondateurs de la Zone et le soutien financier qu’ils recevront dans la mise en place et le fonctionnement de la Zone,

10) La suffisance des justifications de la demande d’ajout d’une surface supplémentaire à la zone, de modification de la limite de la zone ou de suppression de la surface de la zone,

et assister à la réunion avec le rapport d’évaluation préliminaire contenant leur point de vue sur le dossier de candidature du District.

d) Lorsqu’ils le jugent nécessaire, les membres du Conseil peuvent également recevoir des avis écrits ou verbaux des institutions et organismes publics concernés, des administrations locales, des chambres professionnelles et des personnes physiques et morales, inviter le demandeur à un entretien ou procéder à une inspection sur place.

e) La décision du Comité d’évaluation concernant l’approbation de la candidature régionale est prise avec les mêmes votes d’au moins six membres présents à la réunion.

f) La décision du comité d’évaluation concernant les candidatures et ses annexes sont préparées par le secrétariat et soumises à la signature des membres du comité d’évaluation.

g) Si la candidature n’est pas approuvée par le Comité d’évaluation, le comité fondateur concerné ou la société gestionnaire est avisé par écrit par le secrétariat , ainsi que le motif de la décision du Comité d’évaluation concernant la Région .

Annonce de la région

ARTICLE 11 – (1) Si la candidature régionale est approuvée par la commission d’évaluation, la décision de la commission et ses annexes sont soumises au conseil des ministres par le ministère. Finalisé par décision du Conseil des ministres ; La création de la zone, l’ajout d’une zone supplémentaire à la zone, la modification des limites de la zone ou l’annulation de la zone de la zone entrent en vigueur par publication au Journal officiel.

(2) La décision du Conseil des ministres concernant les limites de la zone ou l’annulation de la zone, qui est entrée en vigueur par sa publication au Journal officiel, est envoyée au ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme et aux autres institutions compétentes. et organisations à traiter dans le plan courant ou à prendre en compte dans le changement de plan.

Constitution de la société de gestion et des statuts

ARTICLE 12.- (1) La constitution d’une société gestionnaire est réalisée après la publication au Journal Officiel de la décision de création régionale et notifiée au comité fondateur. Toutefois, le comité fondateur transmet les statuts de la société à la Direction Générale pour examen au regard de la conformité à la Loi et au présent Règlement avant la constitution de la société gestionnaire. Dans les cas où elle l’estime nécessaire, la Direction Générale demande une modification des statuts de la société gestionnaire dans le respect de l’objet de la Loi.

(2) Si la constitution d’une société par actions est réalisée avant l’annonce de la Région, la société envoie les statuts à la Direction Générale pour examen, après l’annonce de la Région afin qu’elle puisse commencer ses opérations avec le statut de une société de gestion. A la suite de l’examen effectué par la Direction Générale, des modifications des statuts sont demandées si nécessaire conformément à l’objet de la Loi.

(3) Après la publication des statuts de la société gestionnaire au Journal officiel du registre du commerce turc, l’avis de la direction générale est demandé pour les modifications à apporter à son objet et à son objet en termes de conformité avec la loi et présent règlement. La Direction Générale est informée des modifications intervenues dans l’actionnariat de la société gestionnaire.

(4) Suite à la publication des statuts au Journal officiel du registre du commerce turc, une copie est envoyée à la Direction générale.

(5) Les opérations de création de la société de gestion sont conclues dans l’année qui suit la publication de la décision de création régionale au Journal Officiel. Si ces démarches ne sont pas accomplies dans ce délai, le comité fondateur demande à la Direction générale une prolongation de délai. Si elle le juge opportun, la Direction générale peut accorder un délai supplémentaire de six mois au maximum, pour une fois. A défaut d’inscription de la constitution de la société gestionnaire au Registre du Commerce dans ce délai supplémentaire, la décision du Conseil des Ministres relative à l’annonce de la Région est annulée ainsi que ses dispositions et résultats. Cette situation est signalée au ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme et à d’autres institutions et organisations concernées.

Nomination du directeur général de la société gestionnaire

ARTICLE 13 – (1) Ceux qui seront nommés à la direction générale de l’entreprise gestionnaire régionale, doivent être titulaires au moins d’un baccalauréat d’une université.

(2) Une information est donnée à la Direction Générale dans le cadre du présent article concernant le directeur général délégué de la société nommé.

(3) Si la constitution d’une société par actions et la nomination du directeur général de la société sont réalisées avant l’annonce de la Zone, le statut du directeur général est réévalué par le conseil d’administration de la société gestionnaire dans le cadre de la disposition de cet article et le résultat est communiqué à la Direction générale.

(4) Des programmes de formation peuvent ou peuvent être réalisés par le Ministère, si nécessaire, pour les directeurs généraux ou autres personnels de la société de gestion régionale afin d’assurer la gestion et le fonctionnement de la Zone conformément à la Loi et au présent Règlement.

Fondateurs de sociétés exécutives

ARTICLE 14 – (1) Parmi les fondateurs de la société gestionnaire, il est exigé d’avoir au moins un institut universitaire ou de haute technologie ou un centre ou institut public de R&D situé dans la province de la Région.

(2) Outre la société gestionnaire ;

a) Chambres et bourses de commerce affiliées à l’Union des chambres et bourses de commerce de Turquie,

b) Les chambres, syndicats et fédérations affiliés à la Confédération des commerçants et artisans turcs,

c) Gouvernements locaux,

ç) Banques et institutions financières,

d) Personnes morales privées nationales et étrangères,

e) Fondations, coopératives et associations liées à la R&D et au développement technologique,

f) Les institutions publiques concernées,

g) Associations d’exportateurs

peut être un fondateur ou un partenaire ultérieur.

(3) Les collectivités locales peuvent devenir partenaires de la société gestionnaire sur la base de leur propre décision parlementaire, sans qu’il soit nécessaire d’agir plus avant.

(4) Les personnes morales privées étrangères peuvent participer à la société de gestion, à condition qu’elles obtiennent les autorisations nécessaires dans le cadre de la loi sur l’investissement direct étranger n° 4875 du 5/6/2003 et des dispositions de la législation pertinente.

(5) Auprès des associés gérants ; les universités, les instituts de haute technologie ou les centres ou instituts publics de R&D peuvent payer la part du capital qu’ils ont confiée à la société gestionnaire à partir des revenus du fonds de roulement.

Rôles et responsabilités de la société gestionnaire

ARTICLE 15 – (1) La société gestionnaire, pour réaliser l’objet de la Loi ;

a) Planification et projection de la région, réalisation des services d’infrastructure et de superstructure nécessaires,

b) Dans le processus de planification, compte tenu des plans environnementaux, le cas échéant, des plans de zonage et des modifications, des plans de lotissement et des modifications sont effectués conformément aux dispositions de la loi et du présent règlement et soumis au ministère pour approbation,

c) Soumettre les projets d’exécution préparés ou à faire préparer conformément aux dispositions de la loi de zonage n° 3194 du 05/03/1985, avec la responsabilité technique de l’auteur du projet et la responsabilité technique à déterminer par la société gestionnaire, au ministère pour approbation

ç) Selon le plan de développement de mise en œuvre approuvé par le Ministère et entré en vigueur ; obtenir des licences et des permis liés à l’utilisation des terres, à la conception, à la construction et à l’utilisation de structures et d’installations,

d) Soumettre à la Direction Générale le plan général des échéances couvrant la période allant de l’établissement de la zone à sa mise en service, ainsi que le programme de travail relatif à l’utilisation du crédit, si elle a demandé un crédit,

e) Prendre les mesures nécessaires conformément à la loi sur l’inspection des bâtiments du 29/6/2001 et numérotée 4708 et aux dispositions du règlement pertinent,

f) Eaux usées, installations d’infrastructure des eaux usées, déchets solides, pollution des sols, pollution sonore et atmosphérique, déchets médicaux dangereux, gestion des substances radioactives et des produits chimiques dangereux, protection contre les incendies et lutte contre les incendies, préparation et coordination des plans d’urgence, évacuation, premiers travaux dans coordination avec les institutions et organisations compétentes sur des questions telles que l’aide et l’intervention médicale d’urgence et les catastrophes naturelles, et prise des mesures nécessaires dans le cadre de la législation pertinente,

g) Faire toutes les assurances des bâtiments contre les incendies et les catastrophes naturelles dans la région,

ð) Fourniture et fourniture continue de nettoyage, électricité, eau potable et utilitaire, gaz naturel, mazout, chauffage et ventilation, réseaux de distribution, assainissement, eaux usées, routes intra-régionales, communication voix et données, services Internet et autres services nécessaires pour la région. prendre les mesures nécessaires pour assurer la poursuite des travaux, déterminer les principes de fonctionnement, établir et appliquer la tarification et les calculs, fournir toutes sortes de services d’entretien et de réparation, identifier ceux qui endommagent l’infrastructure et la superstructure et assurer l’indemnisation des dommages, Répondre autant que possible aux besoins économiques, sociaux et culturels de tous, tels que manger, boire, se divertir, se reposer, prier et se loger,

h) Région ; S’il se trouve sur le territoire de l’université ou de la zone industrielle organisée, il est prévu d’utiliser des véhicules et des équipements de lutte contre l’incendie à l’intérieur de l’université ou de la zone industrielle organisée, afin de s’assurer qu’un nombre suffisant de véhicules et d’équipements de lutte contre l’incendie sont disponibles s’ils se trouvent à l’extérieur du une université ou une zone industrielle organisée, ou de coopérer avec les institutions et organisations compétentes les plus proches de la zone. prendre les précautions nécessaires,

ı) Évaluer les demandes des institutions, organisations, personnes morales ou réelles locales ou étrangères qui souhaitent prendre place afin de fournir des services dans la Zone et attribuer une place à celles jugées appropriées conformément à la directive d’exploitation de la Zone,

i) Chaque projet de R&D à réaliser exclusivement dans la Région par les entrepreneurs qui souhaitent participer à des activités de R&D dans la Région, à la Commission d’évaluation des projets d’au moins trois membres non liés au projet, dont au moins deux membres sont du personnel académique et un membre est un conférencier ou un expert de l’industrie, à déterminer par la société gestionnaire ; être capable de développer des produits technologiques de pointe/avancés avec un potentiel de commercialisation, un potentiel de substitution des importations ou un potentiel d’exportation, développer des innovations dans les produits et les méthodes de production, augmenter la qualité ou la norme des produits, augmenter la productivité, réduire les coûts de production, un programme de R&D qui peut produire des connaissances et réaliser une coopération université-industrie efficace. Elle est examinée en termes de projet,

j) Attribuer des espaces aux entreprises qui souhaitent produire dans le cadre de l’article 8 de la loi, conformément à la loi, au présent règlement et à la directive d’exploitation régionale,

k) Attribuer une place à prix réduit aux incubateurs, jusqu’à un maximum de 36 mois, en fonction de la durée du projet de R&D, à condition que les frais de location au mètre carré appliqués dans la Région ne dépassent pas 25% pour ceux qui ont projets de R&D soutenus publiquement et 50% pour les autres , Tout en allouant des espaces, en veillant à créer des espaces de bureaux complètement ou partiellement séparés des autres entreprises,

conformément à la Loi et au présent Règlement, et une copie de celui-ci par le gestionnaire. Envoi de la création de la société à la Direction générale dans un délai maximum de trois mois à compter de sa publication au Journal officiel du registre du commerce turc,

m) Mener des activités visant à accroître les demandes des entrepreneurs de la région pour bénéficier des opportunités, des connaissances, des infrastructures, des installations, des machines et des équipements des universités ou des instituts de haute technologie ou des centres ou instituts publics de R&D, et répondre à ces demandes en coordination avec le unités concernées,

n) Dans le cas où les entrepreneurs de la Région dont tous les projets de R&D ont été conclus n’ont pas été en mesure de présenter un nouveau projet de R&D dans les trois mois, prendre les mesures nécessaires pour s’assurer qu’ils sont expulsés de la Région, quelle que soit la situation actuelle durée du contrat de bail, Informer le centre des impôts compétent et l’organisme de sécurité sociale dans les trente jours à compter de la date de

o) Déterminer et archiver mensuellement les listes des entreprises de R&D entrepreneuriales, des projets de R&D et de tout le personnel de R&D et d’appui employés dans la Région, ainsi que leurs coordonnées enregistrées, et en informer les personnes concernées sur demande,

ö) Envoyer les informations préparées conformément au format demandé par le Ministère et approuvées par son propre comptable indépendant, conseiller financier ou expert-comptable trimestriellement, concernant les activités des entrepreneurs de la Région, au Ministère dans les soixante jours suivant la déclaration trimestrielle période, et la même information à la Direction générale dans un environnement électronique. les documents mensuels d’exonération ne sont pas approuvés en cas de non-respect de cette clause,

p) Inspecter les entrepreneurs conformément à la loi, aux questions spécifiées dans le présent règlement et à la directive sur les opérations régionales, ne pas approuver les certificats d’exemption mensuels à compter de la date de détection des activités contraires, accorder un certain délai ne dépassant pas trois mois en avertissant les entrepreneurs pour les corriger, contrat de bail existant des entrepreneurs qui ne corrigent pas leurs activités contraires à la fin de la période donnée. Prendre les mesures nécessaires pour qu’il soit expulsé de la Région, quelle qu’en soit la durée,

r) Concernant les entrepreneurs de la région;

1) S’assurer que l’entrepreneur opère conformément à l’objectif spécifié dans la loi, en effectuant les inspections nécessaires afin d’obtenir le document contenant toutes sortes de données statistiques demandées concernant les activités réalisées, de manière complète et en temps opportun,

2) Envoi des informations et des documents demandés par le Ministère concernant les activités des entrepreneurs conformément au délai et au format déterminés,

3) Vérifier si les personnes qui bénéficient de l’exonération de l’impôt sur le revenu pour les salaires employés par l’entrepreneur travaillent effectivement dans la Zone,

4) Vérifier si le rapport entre le nombre de personnel de soutien employé par l’entrepreneur et dans le cadre de l’exonération et le nombre de personnel de R&D respecte les critères spécifiés dans la loi et le présent règlement,

5) À la demande de l’entrepreneur, le personnel de R&D travaillant dans le cadre du projet de R&D mené par les entrepreneurs ; Examiner le temps requis pour être passé à l’extérieur de la Région par rapport à la fonction exercée dans la Région, approuver ceux qui sont appropriés, examiner et archiver les documents obtenus auprès de l’institution et de l’organisme compétents concernant le temps réel passé à l’étranger dans le cadre de la Projet R&D,

s) Passer un contrat avec un expert-comptable jusqu’à la fin du mois de janvier de chaque année, afin de faire examiner chaque année tous les types de comptes et d’opérations par un expert-comptable agréé conformément à la loi sur l’expert-comptable et l’expert-comptable agréé , en date du 1/6/1989 et numéroté 3568, Veiller à ce qu’une copie du rapport d’audit financier établi par le conseiller financier dans le cadre du présent règlement conformément au format de rapport de l’expert-comptable agréé à déterminer par le ministère lui soit envoyée et le Ministère dans le même délai jusqu’à fin juin de chaque année,  

ş) Préparer au moins un plan stratégique triennal de la Région au cours de la première année à compter de la date de création de la société de gestion, le renouveler si la période du plan stratégique est terminée et l’envoyer au ministère, et également rendre compte au ministère les indicateurs de performance établis selon le plan stratégique à la fin de chaque année, accompagnés de leurs justifications,

t) Comparer le rapport, préparé conformément aux procédures et principes de préparation du rapport d’évaluation d’impact de la zone de développement technologique à déterminer par le ministère, avec l’année précédente, afin d’évaluer l’impact du soutien et des exemptions qui lui sont fournis ainsi qu’au entreprises engagées dans des activités de R& D dans la Région à la fin de chaque année, à afficher et à envoyer au Ministère en juin de chaque année,

u) Après que la Zone soit devenue opérationnelle ; Mise en place d’un bureau de transfert de technologie dans un délai de trois ans, S’il n’existe pas de centre de développement technologique exploité par KOSGEB dans la Région, la mise en place d’un centre d’incubation dans un délai d’un an au plus tard,

ü) Lorsque la Zone devient opérationnelle, emploi d’au moins 3 personnes au total, y compris le directeur général, dans le périmètre de la société gestionnaire de la Zone, dont au moins un diplômé d’un baccalauréat, à employer pour le suivi des activités au sein de la champ d’application de la loi et du présent règlement ,

Parallèlement à l’accomplissement de ses fonctions, il est tenu de prendre les mesures nécessaires à la gestion et au fonctionnement de la Zone dans le cadre de la Loi et du présent Règlement.

(2) En outre, la société gestionnaire fournit des services techniques aux entrepreneurs dans les domaines de la formation, de l’incubation, des tests, de l’étalonnage et de l’assurance qualité et des questions similaires en fonction des besoins de la Région, ainsi que de la protection des droits de propriété intellectuelle et de l’octroi de licences, du transfert et opérations similaires, création d’entreprise, transfert de technologie, financement, fiscalité et procédures judiciaires. Fournir ou fournir des services sur des questions telles que les applications, le capital-risque, le marketing et l’exportation, Conformément aux besoins communs des institutions et des organisations et des entrepreneurs opérant dans la région, d’importants outils et équipements de production, de test et de contrôle, qui ne sont pas financièrement et technologiquement impossible pour eux d’acheter ou de faire seuls Laboratoires neufs et de haute technologie à vocation spécifique Création et exploitation d’unités de production, les mettre à la disposition des intéressés contre rémunération, employer du personnel expérimenté qui utilisera lesdits outils, machines et équipements en relation avec ces services et exercera les activités commerciales si nécessaire, assurera la coopération et la coordination nécessaires avec les personnes et organisations liées à ces questions. Il peut également être impliqué dans des activités D.

(3) Les entrepreneurs de la Région, situés dans des centres de développement technologique exploités par le KOSGEB ou soutenus en vertu d’une autre législation et engagés dans des activités de R&D, sont également administrativement responsables devant le Ministère et la société exécutive de la Région dans le cadre de la Loi et du présent Règlement.

Entreprise d’incubation, centre d’incubation et programme d’incubation

ARTICLE 16 – (1) Sociétés d’incubation ; sont de jeunes entrepreneurs ou de nouvelles entreprises qui ont des projets qui sont principalement soutenus par des institutions et des organisations publiques pour la R&D , l’innovation technologique et les activités logicielles, ou sont approuvés pour être soutenus par des programmes de concours par des institutions et des organisations publiques et des entreprises du secteur privé, ou sont engagés dans ces activités.

(2) Société de gestion ; Elle exploite un centre d’incubation afin de former les entreprises R&D et innovantes de la région et de développer les jeunes et nouvelles entreprises.

(3) Société de gestion ; Il attribue une place dans le cadre des dispositions du présent règlement dans le centre d’incubation pour une durée maximale de trente-six mois, à durée déterminée selon le projet, à des entrepreneurs jugés aptes à l’incubation ou à des personnes réelles porteuses d’une idée nouvelle.

(4) Société de gestion ; Lorsqu’il n’y a pas de place dans le centre d’incubation, des entreprises d’incubation ou des personnes réelles ayant une nouvelle idée peuvent être hébergées dans ces bâtiments, à condition qu’il y ait des bureaux appropriés dans le bâtiment administratif, le bâtiment R&D ou d’autres bâtiments.

(5) Société de gestion ; Dans le cas où les entreprises d’incubation ne peuvent pas répondre aux demandes du bureau dans la région, elles peuvent demander l’aide du ministère pour la construction d’un nouveau centre d’incubation. Un rapport d’analyse des besoins démontrant la nécessité d’un centre d’incubation est également joint à la demande d’accompagnement.

(6) Le nombre d’entreprises d’incubation au sein de la zone ne peut être inférieur à 10 % du nombre total d’entreprises. Dans les calculs, les fractions sont calculées en entier. Les entreprises d’incubation situées dans le centre de développement technologique exploité par KOSGEB dans la région sont également incluses dans ce calcul.

(7) La société gestionnaire dans le cadre des programmes d’incubation ; fournit les services et soutiens suivants selon ses moyens .

a) Fournir des locaux, du mobilier et des équipements de bureau, en créant l’infrastructure et les espaces communs nécessaires.

b) Fournir des services de secrétariat et de soutien, fournir un accès au matériel et aux logiciels.

c) Organiser des concours et des programmes similaires de promotion de l’entrepreneuriat.

d) Organiser des formations, des séminaires et des ateliers pertinents.

d) Fournir un soutien à la gestion, un soutien commercial et technique essentiel.

e) Fournir des services de conseil et de mentorat en matière technique et administrative .

f) Fournir un soutien dans les domaines de l’incorporation, de la commercialisation, de l’internationalisation et des domaines similaires.

g) Fournir des conseils sur l’accès au financement lié aux activités de R&D et d’innovation et les orienter vers les programmes existants et/ou soutenir la rencontre avec les structures appropriées.

Bureau de transfert de technologie

ARTICLE 17 – (1) La société gestionnaire établit le bureau de transfert de technologie et fournit les services et supports suivants dans ce cadre .

a) Mener des activités d’information, de coordination et d’orientation de la recherche entre les institutions et organisations de R&D qui développent des technologies et les entreprises industrielles utilisatrices de technologies ou d’autres institutions et organisations de technologie ou de R&D.

b) Encourager et soutenir la création de nouvelles entreprises de R&D et assurer la coopération.

c) Protection, commercialisation, vente, cession, cession des droits de propriété intellectuelle, gestion des revenus issus de la vente des droits de propriété intellectuelle.

ç) Réaliser des études qui inciteront les chercheurs et les industriels à la R&D et à l’innovation.

d) Soutenir le personnel académique et les activités de recherche et développement des entreprises de R&D et innovantes, tant sur le plan financier qu’organisationnel, dans le cadre de la coopération université-industrie.

e) Soutenir la transformation des découvertes scientifiques, des inventions et des technologies en produits aussi rapidement que possible et efficacement.

f) Fournir un soutien et fournir des services connexes pour la promotion du produit manufacturé auprès de l’industrie, sa commercialisation et sa commercialisation dans les zones nationales et internationales.

Programmes de collaboration technologique

ARTICLE 18.- (1) La société gestionnaire, dans le cadre des programmes de coopération technologique ; Il fournit les services et supports suivants, dans la mesure de ses moyens, afin d’assurer la mise en place de collaborations axées sur la R&D et la technologie avec des entreprises opérant dans la région, avec des entreprises nationales et étrangères, des chercheurs et des instituts de recherche et des institutions connexes.

a) La délégation peut visiter et organiser des marchés de projets.

b) Il peut organiser des foires, des séminaires, des congrès, des panels et des événements similaires, et réaliser des études pour assurer la participation à ces événements.

c) Il peut mener des activités de clustering, établir des plateformes de coopération, des clusters et des réseaux.

ç) Il peut devenir membre de structures similaires existantes ou coopérer avec des structures existantes et réaliser des études communes.

d) Peut s’engager dans des activités de jumelage pour rapprocher les demandes et les fournitures technologiques.

e) Entreprises de la région ; Il peut mener des activités de coordination entre entreprises, universités ou autres institutions et organismes de R&D dans ou hors de la Région afin d’apporter une solution technologique aux problèmes qu’ils rencontrent lors des projets qu’ils mènent.

f) Il peut réaliser des études dans le cadre de programmes de coopération technologique avec des technoparcs ou technopoles et structures similaires dans le pays et à l’étranger.

Emploi du personnel dans la région

ARTICLE 19 – (1) Le personnel est employé conformément à la législation du travail et du travail en vigueur dans les activités se déroulant dans la société gestionnaire et dans la Région. Les cadres étrangers et le personnel de R & D titulaires d’au moins un baccalauréat peuvent être employés dans les régions dans le cadre de la loi n ° 1 sur l’investissement direct étranger.

(2) Les institutions et organisations publiques et le personnel universitaire dont les services sont nécessaires en tant que chercheurs et personnel administratif dans les activités de la Région peuvent être employés à titre permanent ou à temps partiel avec l’autorisation des institutions pour lesquelles ils travaillent. Les revenus des chargés de cours à temps partiel, des chargés de cours, des assistants de recherche et des experts pour ces services sont exclus du champ d’application du fonds de roulement universitaire. Le personnel à embaucher à titre permanent bénéficie d’un congé sans solde de la part de son institution et ses relations avec son personnel se poursuivent. En matière de sécurité sociale, la loi du 31/5/2006 sur la sécurité sociale et l’assurance maladie générale n° 5510 du et 5510, la part patronale de la prime d’assurance à déterminer en fonction des fonctions principales des personnes réputées assurées dans le champ d’application de l’article 4, premier alinéa, sous c), ou la retenue de pension de ceux qui relèvent du champ d’application de l’article 4 provisoire de la loi n° 5510, en contrepartie de l’institution et des primes d’assurance maladie générale sont couverts par la personne morale concernée, et aucune indemnité de départ n’est versée à la fin de leur emploi. Les dispositions de l’article 36 de la loi sur l’enseignement supérieur du 4/11/1981 et numérotée 2547 ne sont pas applicables. et aucune indemnité de départ n’est versée à la fin de leur emploi. Les dispositions de l’article 36 de la loi sur l’enseignement supérieur du 4/11/1981 et numérotée 2547 ne sont pas applicables. et aucune indemnité de départ n’est versée à la fin de leur emploi. Les dispositions de l’article 36 de la loi sur l’enseignement supérieur du 4/11/1981 et numérotée 2547 ne sont pas applicables.

(3) Les instructeurs peuvent effectuer leurs études conformément aux principes d’affectation temporaire dans le pays et à l’étranger stipulés à l’article 39 de la loi n ° 2547, avec l’autorisation du conseil d’administration de l’université, dans les établissements de la région. Les revenus du personnel académique affecté aux Régions en congé payé dans la Région sont exclus du fonds de roulement universitaire. De plus, avec l’autorisation du Conseil d’administration de l’Université, les membres du corps professoral peuvent créer des entreprises dans ces régions, devenir partenaire d’une entreprise établie et/ou participer à la gestion de ces entreprises afin de commercialiser les résultats de leurs recherches.

TROISIÈME PARTIE

Planification et Projection de la Région

offre de terrain

ARTICLE 20 – (1) Les terrains universitaires situés dans les emprises de la Zone sont attribués à la société gestionnaire de la Zone, à condition que la propriété reste à l’université concernée, si ces universités approuvent et donnent leur permission. Ceci s’applique également aux terrains appartenant à d’autres institutions et organismes publics et à des personnes morales de droit privé.

(2) En cas de demande d’établissement d’un droit de servitude ou d’octroi d’une autorisation d’utilisation sur les immeubles qui sont la propriété privée du Trésor ou sous la juridiction et la disposition de l’État dans la zone de la zone, le ministère des finances accordera les cinq premières années à titre gratuit au profit de la société gestionnaire, et l’immeuble objet d’investissement pour les années suivantes. En échange de deux millièmes de la valeur de la taxe foncière, le droit de servitude est établi ou l’autorisation d’utiliser est donnée. Aucune part de revenu n’est perçue des activités à exercer sur ces immeubles pour lesquels le droit de servitude a été établi et l’autorisation d’utilisation a été donnée. Déterminer les modalités et principes d’application du présent alinéa et déterminer le droit de servitude ou de permis d’usage, tel que déterminé par le ministère du développement .-Le ministère des finances est autorisé à différencier les provinces selon leur classement de développement économique ou à les réduire à zéro. Dans le cas où l’immatriculation des domaines non immatriculés relevant de la juridiction et possession de l’Etat dans le périmètre de la zone est requise, suite à l’immatriculation par la société gestionnaire pour le compte du Trésor des Finances, un droit de servitude est établi au profit de la société gestionnaire et/ou une autorisation d’utilisation est délivrée dans le cadre du présent paragraphe, et la Direction Générale est informée du résultat.

(3) Les immeubles appartenant à des personnes morales de droit réel ou privé situées dans la Zone peuvent être acquis par la société gestionnaire de la Zone pour être utilisés aux fins de la Zone, par achat, location ou constitution d’un droit de servitude au profit de la société gestionnaire.

(4) En cas de besoin, les demandes d’expropriation de la société gestionnaire pour les personnes morales de droit réel ou privé à l’intérieur de la zone déclarée Zone sont évaluées par le Ministère et, s’il le juge opportun, le 4/11/1983. Elle est expropriée par le ministère conformément aux principes énoncés dans la loi n° 2942 du n° 2942 sur l’expropriation et enregistrée au nom du Trésor dans le registre foncier. Les procédures d’expropriation, autres que la prise d’une décision d’intérêt général, peuvent être menées par les directions provinciales du ministère par délégation de pouvoir, si le ministère l’estime opportun. Les frais d’expropriation et autres frais nécessités par les procédures d’expropriation sont à la charge de la société gestionnaire qui demande l’expropriation. De cette façon,

(5) La décision d’utilité publique en matière d’expropriation est prise par le Ministère à la demande de la société gestionnaire.

Principes de préparation des plans de développement régional et approbation des plans

ARTICLE 21 – (1) Les plans de zonage de zone et les modifications de plan de zonage sont établis ou font établir par la société gestionnaire de la zone conformément aux dispositions du présent règlement.

(2) Dans les plans de zonage de la zone, dont les limites et les coordonnées sont publiées au Journal officiel, conformément aux procédures et principes à suivre dans la préparation du plan de zonage des zones de développement technologique émis par le ministère conformément à la loi, en tenant compte des caractéristiques et des besoins de la zone zone . Les décisions d’utilisation des terres telles que la zone de production sont incluses.

(3) Dans l’annexe du rapport d’explication du plan de zonage, les documents de restriction fournis pour la demande de zone sont inclus. En outre, le rapport comprend la section des conclusions et des recommandations du rapport d’étude géologique et géotechnique sur la base du plan de zonage approuvé par l’institution compétente, ainsi que les informations à jour sur l’enregistrement des titres de propriété des biens immobiliers soumis au plan de zonage. Avant que le plan de zonage soit soumis au Ministère pour approbation, l’attribution des propriétés immobilières appartenant à l’université, au Trésor ou à d’autres institutions ou organismes publics et personnes morales de droit privé de la Région pour le compte de la société gestionnaire est documentée.

(4) Un bâtiment ou plusieurs bâtiments peuvent être construits sur les îlots et parcelles créés dans le cadre des plans régionaux d’urbanisme.

(5) Dans le projet d’aménagement urbain ou le projet d’implantation ou le plan d’implantation de la région ; Les coordonnées et les valeurs d’élévation des routes et des parcelles formées par la route, la place, le parc, le parking, l’espace vert et les affichages similaires sont également fournies au ministère.

(6) Les plans de zonage de la région sont approuvés par le Ministère et entrent en vigueur. Les plans régionaux de zonage approuvés par le ministère sont annoncés par la municipalité s’ils sont à l’intérieur des limites de la commune et des zones adjacentes, et par le gouvernorat s’ils sont à l’extérieur, pendant une période d’un mois à compter de la date de livraison. Cette annonce est présentée aux organes de presse locaux et nationaux et au public. Si les plans sont finalisés, ils sont envoyés au Ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme et aux institutions et organismes concernés pour information.

(7) Des objections peuvent être faites aux plans de zonage dans un délai d’un mois. Les objections sont soumises au ministère par l’administration compétente à la fin de la période d’annonce. Les objections soumises au ministère sont examinées et finalisées dans les trente jours. Les modifications du plan de zonage sont également soumises aux mêmes procédures et principes.

(8) La société gestionnaire doit avoir l’auteur du plan au sein de son propre organisme ou de son établissement public partenaire ou de son partenaire dans le groupement spécifié dans le règlement sur la compétence des auteurs pour réaliser le plan, publié au Journal officiel du 7/1 /2006 et numéroté 26046 , concernant la loi de zonage n ° 3194. S’il y a un auteur de plan qui a un certificat de qualification travaillant dans son organisation, il peut préparer les plans de zonage en formant un groupe de planification. La société gestionnaire, qui ne dispose pas de ces qualifications, peut faire préparer les plans d’aménagement par des auteurs de plans ou des institutions auteurs qualifiés.

(9) Pour chaque surface de zone à planifier, sous réserve que la hauteur maximale soit autorisée, le coefficient de surface de plancher ne peut excéder quarante pour cent, Équivalent(E)=1,00 à l’intérieur des limites de la municipalité métropolitaine, et Équivalent(E)= 0,70 ailleurs. Les documents de restriction fournis dans le cadre de l’article 6 sont également considérés comme la base du plan de zonage. Si le ministère l’estime nécessaire, il peut demander des avis sur la base du plan de zonage aux institutions et organismes concernés. Les sous-sols peuvent être occupés indépendamment à condition qu’ils restent au niveau ou au-dessus du rez-de-jardin naturel ou corrigé le plus bas au niveau de leurs façades et qu’ils ne soient enterrés en aucun point au droit des rez-de-jardin à leur niveau, et ces parties indépendantes et communes les domaines ne sont pas inclus dans le précédent .

(10) S’il y a un bâtiment dessus lorsque la zone est déclarée ; les distances avant, latérales et arrière sont basées sur la situation réelle.

(11) Le processus de soumission des plans d’aménagement de la région à l’approbation du ministère est finalisé dans l’année qui suit la publication de la décision d’établissement régional au Journal officiel. Si cette démarche n’est pas achevée dans ce délai, la société gestionnaire demande au ministère une prolongation de délai. Si le ministère l’estime opportun, il peut accorder un délai supplémentaire de six mois au maximum, pour une fois. Si les plans de zonage ne sont pas soumis à l’approbation du Ministère dans ce délai supplémentaire, la décision du Conseil des Ministres relative à l’annonce de la Zone est annulée ainsi que ses dispositions et résultats. Cette situation est signalée au ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme et à d’autres institutions et organisations concernées. Dans la décision du Conseil des ministres ;

(12) Les plans de zonage de zone annoncés par décision du Conseil des ministres peuvent être élaborés en une seule fois ou par étapes. La quantité de chaque zone de scène ne peut pas être inférieure à 30 % de cette zone de zone. Ceci est indiqué dans le rapport d’explication du plan.

Utilisation des terres régionales

ARTICLE 22 – (1) Les terres déterminées comme région ne peuvent en aucune manière être utilisées à des fins autres que celles prévues par la loi.

(2) La société gestionnaire, afin d’assurer l’implantation de la structure académique, économique et sociale dans la Région ; Il peut établir, exploiter et louer les bâtiments et installations nécessaires sur une section n’excédant pas 25 % du droit à construire total de la Zone afin d’assurer l’efficacité des activités à mener conformément aux objectifs de la Zone et de créer les infrastructures économiques, sociales et culturelles nécessaires à la Zone.

(3) Les biens immobiliers appartenant à la société gestionnaire et aux établissements ou organismes publics de la Zone ne peuvent être vendus.

Plan de lotissement, lotissement, unification et approbation

ARTICLE 23 – (1) Les procédures de demande et de modification de zonage telles que les plans de lotissement et de modification, le lotissement, l’unification, l’abandon à la route, la création à partir de la route et les cartes de création sont établies ou faites établir par la société gestionnaire en fonction des plans arrêtés. mise en œuvre du plan de zonage et entrer en vigueur après avoir été approuvé par le ministère.

(2) Suite à l’approbation des sections pertinentes des cartes et autres documents relatifs aux transactions susmentionnées par le ministère, une copie du dossier de transaction reste au ministère. D’autres exemplaires sont envoyés à la société gestionnaire pour approbation et enregistrement nécessaires. La société gestionnaire envoie une copie approuvée des nouveaux registres des titres de propriété mis à jour et grevés et des informations et documents techniques au Ministère suite à l’enregistrement du processus de demande de zonage.

(3) Selon le plan de zonage de mise en œuvre finalisé, conformément au plan d’affectation des surfaces préparé ou préparé par la société gestionnaire et approuvé par le ministère, l’espace peut être attribué aux entreprises entrepreneurs sur les blocs de construction via des coordonnées cartographiques.

Permis de construire et autorisations

ARTICLE 24 – (1) Selon le plan de développement d’exécution approuvé par le Ministère et entré en vigueur ; Licences et permis liés à l’utilisation des terres, à la conception et à la construction de bâtiments et d’installations, à titre gratuit, dans le cas où le propriétaire du terrain est une institution ou une organisation publique, ou la société gestionnaire régionale est une entreprise publique dans le champ d’application de l’alinéa (d ) du premier alinéa de l’article 2 de la loi n° 4734 sur les marchés publics En cas de problème, celui-ci est signalé par le ministère conformément à l’article 26 de la loi n° 3194 sur le zonage . Toutes les autres licences et permis, à l’exception du permis de construire et du permis d’occuper un bâtiment, sont délivrés par les institutions et organismes compétents dans le cadre de leur législation pertinente.

(2) Sur la parcelle cadastrale détachée située à l’intérieur du périmètre de la zone, s’il y a lieu, un permis de construction et/ou un permis d’occuper un bâtiment peuvent être délivrés conformément au plan de zonage et aux dispositions du présent règlement.

(3) Le permis de construire et le permis d’occuper les immeubles compris dans la zone sont délivrés au nom de la société gestionnaire ou, à la demande de la société gestionnaire, au nom du propriétaire foncier.

Investissement dans le produit technologique

ARTICLE 25 – (1) Les entreprises peuvent réaliser les investissements nécessaires à la production du produit technologique qu’elles ont obtenu à la suite de la R&D projets qu’ils ont initiés et conclus dans la Région, dans n’importe quelle Région, à condition que la société de gestion approuve et que le Ministère donne l’autorisation. Les certificats d’autorisation de production du produit technologique faisant l’objet de l’investissement en question sont délivrés par l’institution et l’organisme compétent après avis du ministère. Les activités liées à ces investissements sont enregistrées dans les livres à tenir conformément à la loi de procédure fiscale du 4/1/1961 et numérotée 213, et les activités de R&D réalisées par les entreprises investissant dans la Région. ses activités.

(2) Le demandeur crée le document d’identification du produit technologique selon les critères d’examen de la commission établie conformément au présent article pour la demande d’investissement dans le produit technologique, et le domaine d’investissement, les informations sur l’équipement des machines, le montant du coût d’investissement, la technologie de production, le processus, pollution de l’environnement, public turc Il s’applique par écrit à la société de gestion avec le rapport de faisabilité d’investissement préparé pour l’investissement, qui comprend le certificat de production propre obtenu auprès de l’établissement de santé, les besoins en personnel, les coûts d’exploitation, les études de marché, le sujet de l’usine de traitement et similaires titres. Dans ce document, le demandeur; Il exprime en détail la définition de l’activité de R&D, du processus, de la finalité d’utilisation et de la conception,

(3) Suite à la remise du Document d’Identification du Produit Technologique et du Rapport de Faisabilité d’Investissement à la société gestionnaire, une Commission d’Evaluation du Produit Technologique d’au moins cinq personnes, dont trois universitaires et deux experts du secteur, est constituée par la société gestionnaire et dans les trois mois, l’examen orienté investissement est constitué par cette commission. et l’évaluation est faite.

(4) Dans l’examen effectué par la Commission, concernant le produit;

a) Qu’il soit conçu en utilisant ou en développant une connaissance scientifique,

b) S’il répond à un besoin existant à un meilleur niveau,

c) Si le produit a un potentiel de substitution à l’exportation ou à l’importation,

ç) S’il contribuera à élever le niveau de vie,

d) si ses caractéristiques techniques et/ou ses différences représentent une innovation au niveau technologique,

e) si les matériaux du produit, les pièces et la ou les fonctions qu’il remplit sont compatibles les uns avec les autres,

f) Si les caractéristiques de conception du produit sont ouvertes au développement,

g) si le produit a été testé conformément aux normes du marché et aux réglementations applicables,

ğ) Si la production et le processus de production auront un impact négatif sur l’environnement,

évalue les problèmes.

(5) L’investissement dans les produits technologiques est autorisé dans les domaines de haute technologie déterminés par le ministère.

(6) Le montant de la construction de bâtiments et d’installations requis pour l’investissement de produits technologiques ne peut pas dépasser 35 % du droit à construire total de la Zone.

(7) Si la demande d’investissement du produit technologique est jugée négative par la Commission d’évaluation du produit technologique, le résultat est notifié par écrit au demandeur. En cas d’évaluation positive, accompagnée de l’approbation de la société gestionnaire, du rapport de la commission d’évaluation du produit technologique et de son annexe, du certificat d’identification du produit technologique et du rapport de faisabilité de l’investissement, du plan de développement approuvé par le ministère, des projets d’application pour le bâtiment où l’investissement du produit technologique sera réalisé, et les permis de production obtenus auprès des institutions et organisations concernées. Il est transmis au Ministère pour autorisation d’investissement par la société gestionnaire.

Autres considérations

ARTICLE 26 – (1) Les dispositions de la loi de zonage n ° 3194 et du règlement correspondant sont appliquées en matière de construction, de révision et de modification du plan de zonage, de construction et de modification du plan de lotissement, de projets d’exécution, de construction, le permis de construire et le permis d’occuper un bâtiment, qui ne sont pas inclus dans le présent règlement.

CHAPITRE QUATRE

Soutiens et incitation

Le crédit à utiliser pour aider les régions

ARTICLE 27 – (1) Acquisition des terrains et constructions nécessaires aux régions, planification et conception des projets, construction des infrastructures et superstructures, ainsi que des programmes d’incubation réalisés ou à réaliser par la société gestionnaire pour soutenir les activités de R&D et d’innovation , services de bureau de transfert de technologie et coopération technologique Les dépenses liées aux programmes appartiennent à la société gestionnaire.

(2) Les dépenses liées à la construction des infrastructures, du bâtiment administratif et du centre d’incubation et les dépenses liées aux programmes d’incubation, aux services du bureau de transfert de technologie et aux programmes de coopération technologique réalisés ou à réaliser par la société gestionnaire pour soutenir les activités de R&D et d’innovation, qui ne peuvent être pris en charge par la société gestionnaire, sont transférés au budget du ministère pour assistance. Limité au crédit fixé pour les « Zones de développement technologique », il peut être couvert dans le cadre des « Procédures et principes d’utilisation des crédits » à préparer par le Ministère conformément à la loi et au présent règlement. Les crédits du projet sont inclus dans le programme annuel d’investissement. Ces crédits sont utilisés dans le cadre des programmes de dépenses déterminés par le Ministère des Finances.

(3) Les aides accordées à la société gestionnaire dans le cadre de la Loi ont un caractère d’aide et sont sans contrepartie.

(4) Les sociétés de gestion et les entrepreneurs peuvent bénéficier de tout soutien interne et externe fourni par les institutions et organisations publiques et les organisations étrangères dans leurs activités dans la Région, dans la mesure permise par la législation en la matière.

Procédure de demande d’aide et détermination de la dotation budgétaire du Ministère

ARTICLE 28.- (1) Pour chaque année d’investissement, l’entreprise gestionnaire qui sollicitera une prise en charge, en renseignant les parties entrant dans le champ de la dotation du Tableau de Répartition des Dépenses Régionales d’Investissement par Années, à obtenir auprès de la Direction Générale. , et l’infrastructure, le bâtiment administratif, la construction de centres d’incubation et les programmes d’incubation pour lesquels ils demandent un soutien, Il ajoute le rapport d’analyse des besoins concernant les services du bureau de transfert de technologie et les programmes de coopération technologique au tableau de demande de crédits et le transmet à la Direction générale.

(2) Lorsque les centres d’incubation existants ne peuvent pas répondre à la demande, la société gestionnaire peut demander un soutien supplémentaire au ministère pour la construction du nouveau bâtiment du centre d’incubation. Un rapport d’analyse des besoins est également joint à la demande d’accompagnement, démontrant qu’un nouveau centre d’incubation est nécessaire.

(3) La demande de soutien est faite annuellement pendant trois ans à compter de l’année d’investissement suivante, jusqu’à fin avril de l’année en cours au plus tard.

(4) La société gestionnaire est tenue de commencer les opérations dans les zones de zone dès que possible ou dans les zones de zone où l’opération a commencé ; peut solliciter auprès de la Direction Générale la prise en charge de la part des dépenses liées à l’infrastructure, au bâtiment administratif et au centre d’incubation qui ne peut être prise en charge, accompagnée de ses justificatifs.

(5) La société gestionnaire peut également solliciter la prise en charge par la Direction Générale des dépenses de formation à engager dans le périmètre de la Région dans le cadre de programmes d’incubation, de services de bureau de transfert de technologies et de programmes de coopération technologique pour soutenir les activités de R&D et d’innovation.

(6) Ministère, Régions ; Infrastructure, bâtiment administratif, construction de centre d’incubation et programmes d’incubation réalisés ou à réaliser par la société gestionnaire pour soutenir les activités de R&D et d’innovation, les services de bureau de transfert de technologie et les programmes de coopération technologique en évaluant les demandes de soutien en fonction des possibilités budgétaires, ainsi que la proposition de budget d’investissement du ministère. rapports au ministère.

Évaluation de la demande d’assistance

ARTICLE 29.- (1) Le Ministère ; Construction d’infrastructures, de bâtiments administratifs et de centres d’incubation, programmes d’incubation réalisés ou à réaliser par la société gestionnaire pour soutenir les activités de R&D et d’innovation, services de bureau de transfert de technologie et programmes de coopération technologique, conformément à la loi et au présent règlement, » à préparer par le ministère. Il l’évalue dans le cadre des « Procédures et Principes d’Utilisation » et procède à des examens dans la Zone lorsqu’il le juge nécessaire.

Principes d’utilisation de l’indemnité

ARTICLE 30 – (1) Le crédit inscrit au budget du Ministère est utilisé dans le cadre de l’exercice auquel il appartient.

(2) Acomptes versés liés aux demandes de crédits liées à la construction d’infrastructures, de bâtiment administratif et de centre d’incubation, et de soutien aux programmes d’incubation, aux services de bureau de transfert de technologie et aux programmes de coopération technologique réalisés ou à réaliser par la société gestionnaire pour soutenir la R& D et activités d’innovation, se rapportant à l’année où il a été soumis au ministère. les demandes sont prises en compte dans l’année.

(3) Appui du Ministère pour les rapports de paiement d’avancement préparés pour les demandes d’appui liées à la construction d’infrastructures, de bâtiment administratif et de centre d’incubation, ou pour les programmes d’incubation, les services de bureau de transfert de technologie et les programmes de coopération technologique réalisés ou à réaliser par la société gestionnaire pour soutenir les activités de R&D et d’innovation La facture et/ou le justificatif des dépenses effectuées par l’entreprise gestionnaire ayant pris le titre est adressé au Ministère jusqu’à fin novembre de chaque année.

(4) La dotation allouée au budget du Ministère est versée à titre d’appui aux Régions conformément aux « Procédures et principes d’utilisation des crédits » à préparer par le Ministère conformément à la Loi et au présent Règlement. Le montant de l’aide transféré aux régions ne peut être utilisé que dans le but d’attribution spécifié dans la loi.

(5) La propriété située dans la Zone ; Aucun crédit du budget du Ministère ne peut être utilisé pour la construction d’infrastructures, de bâtiment administratif et de centre d’incubation sur des terrains n’appartenant pas à l’université, au Trésor ou aux institutions et organismes publics. Dans le cas où la construction de l’infrastructure concerne l’ensemble de la Zone, la disposition de la première phrase du présent paragraphe n’est pas applicable.

CHAPITRE CINQ

Principes concernant la préparation des plans et projets, l’examen des rapports d’avancement et le paiement de l’aide

Principes liés aux projets applicatifs

ARTICLE 31 – (1) Les projets d’implantation de tous les bâtiments de la Zone sont préparés ou doivent être préparés par la société gestionnaire dans le cadre de la loi de zonage n° 3194 et des dispositions du règlement en la matière.

(2) La société gestionnaire soumet les projets de candidature pour les immeubles à construire ou à construire dans la Zone à la Direction Générale dans un environnement électronique.

(3) Sur les tracés ; Le nom, le prénom, le titre, le numéro d’enregistrement, le bureau des impôts et le numéro d’identification fiscale de l’entrepreneur du projet et des architectes et ingénieurs professionnels responsables doivent être écrits et signés par toutes les personnes responsables.

Infrastructure

ARTICLE 32 – (1) Investissements d’infrastructure dans le cadre de la Loi et du Règlement ;

1) Eaux usées,

2) Réseau d’eaux pluviales,

3) Réseau d’eau incendie, systèmes d’alerte et d’alerte,

4) Vidange,

5) Réseau d’eau propre, d’égout et d’eau d’irrigation et mesures pour l’efficacité de l’eau, l’eau ou le puisard,

6) Zone de stockage temporaire des eaux usées et station d’épuration biologique et chimique des eaux usées,

7) Mesures pour l’électricité, le système d’alimentation sans interruption, le générateur, les installations de production d’électricité et l’efficacité énergétique,

8) Chemin, stationnement, aménagement paysager et aménagement paysager,

9) Gaz naturel,

10) Chauffage et ventilation,

11) Infrastructure de communication, de traitement de l’information et de gestion de l’information,

12) Eclairage dans ou autour de la zone,

13) Systèmes de sécurité/alarme dans la zone ou périmétrique,

14) Des installations nucléaires intra-régionales,

se produit .

Responsabilité du projet de la société de gestion

ARTICLE 33 – (1) La responsabilité du projet de la société gestionnaire est la suivante :

a) Projets de mise en œuvre, responsabilité technique de l’auteur du projet à déterminer par la société de gestion et responsabilité technique de la loi de zonage n ° 3194 et règlements, plan de zonage, autres lois, statuts et règlements liés à la science, la santé et les conditions environnementales et les dispositions de l’Institut turc de normalisation déterminées par Il est préparé ou préparé par la société de gestion conformément aux normes et conditions techniques et soumis au ministère pour approbation. Les instructions spéciales à donner par la Direction générale sont valables pour les situations particulières et les travaux supplémentaires non inclus dans le cahier des charges, qui se produisent pendant la conception des travaux ou du projet.

b) Dans le cas où une modification est demandée par la société gestionnaire liée à la construction en cours, l’autorisation est obtenue en s’adressant au Ministère avec ses justifications. Dans cette situation;

1) Si le changement porte sur l’ensemble du projet, réorganiser le projet architectural,

2) Si ce changement nécessite des changements dans les comptes et projets statiques, réorganiser ceux qui sont nécessaires,

3) Si la modification à apporter appartient à certains étages, uniquement ce plan d’étage, s’il appartient à une certaine partie d’un étage, seul le plan de modification de cette partie,

4) Remise à la Direction Générale en annexe d’un rapport contenant le motif du changement pour chacun des projets ayant subi des modifications obligatoires,

obligatoire .

Examen des projets

ARTICLE 34 – (1) Les projets d’exécution préparés ou à faire préparer conformément aux dispositions de la loi d’urbanisme n° 3194, sous la responsabilité technique de l’auteur du projet et sous la responsabilité technique à déterminer par la société gestionnaire, sont examinés par le Ministère dans les trente jours, approuvé et autorisé. En cas de lacunes, les projets d’exécution sont retournés à la société gestionnaire pour correction.

Examen des rapports d’avancement des paiements

ARTICLE 35 – (1) Après approbation par la société gestionnaire du procès-verbal d’acompte établi techniquement par la société gestionnaire conformément aux dispositions du Cahier des Charges Général des Travaux de Construction en annexe de la Loi n° 4734 sur les Marchés Publics, une copie du contrat établi entre l’entreprise contractante et la facture, si elle a été émise, est remise à la Direction Générale. . Selon les dispositions de cet article, les rapports d’acompte incomplets ne seront pas évalués.

(2) Les rapports d’acompte sont examinés sur place par le personnel technique désigné par la Direction Générale et un rapport d’examen est établi. Chaque page du rapport d’inspection et de ses annexes est signée ou paraphé par le personnel technique qui a effectué l’inspection. Le coût des productions qui ne sont pas réellement réalisées sur place ou les coûts de production qui ne sont pas réellement vus en place pour la production sont déduits des rapports de paiement progressif.

Paiement de la pension alimentaire

ARTICLE 36 –(1) Pour ceux dont la demande d’aide est jugée appropriée dans le cadre des « Procédures et principes d’utilisation des crédits » à préparer par le Ministère conformément à la loi et au présent règlement ; Les rapports de paiement d’avancement pour la construction de l’infrastructure, du bâtiment administratif et du centre d’incubation sont approuvés par le personnel technique concerné et le chef de département, R&DEn cas de paiements liés aux programmes d’incubation, aux services du bureau de transfert de technologie et aux programmes de coopération technologique réalisés ou à réaliser émis par la société gestionnaire pour soutenir l’innovation et les activités d’innovation, la facture et/ou le document de dépenses servant de base aux dépenses ou à la décision du conseil d’administration de la société exécutive de réaliser l’activité concernée est vu par le service concerné.

(2) Les rapports de paiement progressif d’une valeur d’appel d’offres de 100 000 TL ou moins pour les travaux soumis au ministère concernant la construction d’infrastructures, le bâtiment administratif et le centre d’incubation ne sont pas pris en considération et ne sont pas payés.

(3) Si le Ministère constate que le montant de l’aide versé sur son compte n’est pas conforme à la Loi et au présent Règlement ou n’est pas dépensé sur place, la société gestionnaire le restitue avec l’intérêt légal à calculer selon le dispositions générales à compter de la date de paiement.

CHAPITRE SIX

Dérogations et exceptions, surveillance et inspection de la zone

Dérogations et exceptions

ARTICLE 37 – (1) Les principes concernant l’application des exemptions et exceptions dans la région sont les suivants :

a) Les bénéfices des sociétés gestionnaires résultant de toutes sortes d’activités liées à l’application de la Loi sont exonérés d’impôt sur les sociétés jusqu’au 31/12/2023. La société gestionnaire est également exonérée des droits de timbre et des redevances dues aux actes et transactions effectués en exécution de la loi. La société gestionnaire sollicite auprès de l’administration fiscale à laquelle elle est rattachée l’application de ces exonérations et exceptions.

b) Les contribuables revenus et sociétés opérant dans la Zone, exclusivement à partir de logiciels et/ou d’activités de R&D dans cette Zone, sont exonérés d’impôt sur le revenu et sur les sociétés jusqu’au 31/12/2023. Pour bénéficier de cette exonération, les contribuables s’adressent à l’administration fiscale à laquelle ils sont affiliés. Un document de la société gestionnaire justifiant que ledit contribuable est situé dans la Région et les domaines d’activité du contribuable est joint à cette demande, faute de quoi l’exception dans le cadre de la présente clause n’est pas appliquée.

c) Les salaires du personnel de R&D et de soutien travaillant dans la région et définis conformément au présent règlement, liés à ces fonctions, sont exonérés de toutes sortes d’impôts jusqu’au 31/12/2023. Pour que cette exception soit mise en œuvre, l’entrepreneur concerné dispose de la liste indiquant tout le personnel de R&D et de soutien travaillant dans la Région et défini conformément au présent règlement, les descriptions de poste dans les projets de R&D, les qualifications et les heures de travail à approuver par le société gestionnaire sur une base mensuelle, et la conserve pour soumission aux inspections et audits. Dans le calcul des heures de travail dans le cadre de l’exception, les heures de travail supérieures à quarante-cinq heures hebdomadaires et les heures de travail supplémentaires ne sont pas prises en compte dans ce calcul. Avec semaines acquises congés et périodes de congés annuels payés Les jours fériés spécifiés dans la loi sur les fêtes nationales et les jours fériés du 17/3/1981 et numérotée 2429 sont pris en compte dans l’application de l’incitation à la retenue à la source. Dans le calcul, les nombres fractionnaires sont ajoutés au nombre entier suivant. Le nombre de personnel de soutien dans le cadre de l’exemption ne peut pas dépasser dix pour cent du nombre de personnel de R&D. Dans le calcul du nombre de personnel de soutien, les nombres fractionnaires sont ajoutés au nombre entier suivant. R&D totale du personnel de soutienDans le cas où le nombre de personnel dépasse 10%, toutes sortes d’exonérations fiscales sont appliquées, à commencer par les salaires du personnel de soutien avec le salaire brut le plus bas. Si les salaires bruts sont les mêmes, le personnel de soutien dont le salaire sera soumis à une exonération fiscale est déterminé par l’entreprise entrepreneuriale pour laquelle il travaille. Dans les cas où le salaire doit être imputé sur le brut, le salaire brut est calculé sans tenir compte des incitations fiscales prévues par la loi. Tous les revenus (salaires, primes, primes et rémunérations assimilées) obtenus par le personnel de R&D et de soutien dans le champ d’application de la présente loi sont inclus dans le champ d’exception .

ç) Les municipalités ne facturent pas de redevances sur les eaux usées aux régions qui exploitent des stations d’épuration.

d) Les contribuables à revenu ou les sociétés opérant dans la Zone peuvent bénéficier des incitations fiscales de la loi n° 4691 dans son ensemble en raison des logiciels et/ou des activités de R&D. Dans ce cas, pour le même logiciel et/ou projet de R&D, 13/6/2006Ils ne peuvent pas également bénéficier des incitations fiscales incluses dans la loi sur l’impôt sur les sociétés n° 5520 du 31/12/1960, la loi sur l’impôt sur le revenu n° 193 du 31/12/1960 et la loi sur le soutien aux activités de recherche et de développement du 28/2/2008 et numérotée 5746. Les entrepreneurs opérant dans la région qui souhaitent bénéficier des incitations fiscales prévues par la loi n° 5520, la loi n° 193 et ​​la loi n° 5746 notifie simultanément le Ministère des Finances et la Société Régionale de Gestion.

e) Les salaires du personnel de R&D travaillant dans le cadre des logiciels et/ou des projets de R&D réalisés par les entrepreneurs dans la Zone, avec l’approbation de la société gestionnaire en rapport avec les fonctions qu’ils exercent dans la Zone, dans le cadre de leur travail pour le temps qu’ils ont passé en dehors de la zone ; 50% pour les membres permanents du corps professoral de l’université et 25% pour les autres personnels de R&D sont exonérés d’impôt sur le revenu. Afin d’appliquer cette exception;

1) Dans les cas où une partie du logiciel et/ou du projet de R&D porté par l’entreprise entrepreneuriale doit être réalisée en dehors de la Région, le nombre et la qualification des salariés au regard des projets, avec proposition motivée de l’entrepreneur l’entreprise, le logiciel et/ou les parties du projet de R&D qui devraient être dépensées en dehors de la Région, Fournit des informations sur la durée du travail du personnel dans les projets et leurs salaires à la société gestionnaire.

2) La proposition motivée soumise par l’entreprise entrepreneur est examinée par la société gestionnaire et il est déterminé qu’une partie du logiciel et/ou du projet de R&D ne peut pas être réalisée dans la Région (elle doit obligatoirement être réalisée en dehors de la Région) , et les logiciels et/ou les activités de R&D réalisées en dehors de la Région sont réalisées dans la Région . Sous réserve qu’il soit déterminé qu’il s’inscrit dans le cadre d’un même projet logiciel et/ou R&D réalisé, la proposition motivée est approuvée par la société gestionnaire.

3) Le logiciel et/ou le document obtenu auprès de l’institution ou de l’organisation où le travail de R&D est effectué, concernant le temps passé par le personnel de R&D travaillant dans la Zone en dehors de la Zone concernant le logiciel et/ou le projet de R&D qu’ils exécutent, est soumis à la société gestionnaire.

f) Livraisons et services sous forme de gestion de système, de gestion de données, d’applications commerciales, de logiciels d’application de commandement et de contrôle sectoriels, Internet, mobiles et militaires produits exclusivement dans ces zones pendant la période où les revenus des entrepreneurs opérant dans la zone de développement technologique conformément à cette loi sont exonérés de l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés , Afin d’être exonéré de la taxe sur la valeur ajoutée dans le cadre de la loi sur la taxe sur la valeur ajoutée n ° 3065 du 25/10/1984 , l’approbation de la société gestionnaire est obtenue et une demande est faite à l’administration fiscale compétente.

g) Les informations établies conformément au format demandé par le Ministère et visées par son propre conseiller financier ou expert-comptable sur les activités du gestionnaire régional de la société et des entrepreneurs de la Région par périodes trimestrielles sont transmises au Ministère dans les soixante jours suivant la période de trois mois. A défaut d’envoi dans ce délai, le Ministère des Finances en est informé par le Ministère afin de s’assurer du maintien ou non des exonérations prévues dans la Région.

ð) Les transactions concernant l’application des exonérations et des exceptions dans la région sont soumises à la législation pertinente du ministère des Finances.

Pouvoirs de tutelle du ministère

ARTICLE 38.- (1) Les principes relatifs aux pouvoirs d’inspection du Ministère sont les suivants :

a) Le Ministère surveille les activités et les pratiques de la société gestionnaire et des entrepreneurs lorsqu’il le juge nécessaire. Collabore avec les institutions et organisations concernées si nécessaire. Au cours du processus d’audit, les sociétés de gestion et les entrepreneurs sont tenus de fournir toutes sortes d’informations et de documents au personnel d’audit. Le rapport établi à la suite de l’audit est soumis à la Direction générale.

b) Le Ministère avertit la société gestionnaire opérant dans la Région en dehors de l’objet prévu par la Loi et, en accordant un certain délai, demande que les activités soient menées conformément à l’objet de la Loi. A l’issue de ce délai, s’il est constaté que le fonctionnement de la société gestionnaire n’est pas conforme à son objet, le ministère saisit la juridiction compétente et demande la cessation des fonctions des membres du conseil d’administration de la société gestionnaire actuelle. société, la nomination d’un syndic pour la gestion de la société et la liquidation de la société gérante. En cas de liquidation judiciaire de la société gestionnaire, sans préjudice des droits, obligations et responsabilités de la société et des gérants,

Vérification des exemptions et des exceptions

ARTICLE 39.- (1) La société de gestion, les entrepreneurs exerçant dans la Région, les personnels de R&D et d’appui exerçant dans la Région sont contrôlés par le Ministère chargé des Finances au regard des exonérations et exonérations dont ils bénéficient. Cet audit ne dégage pas la responsabilité des sociétés gestionnaires.

(2) Si, avec l’accord de la société gestionnaire, il est déterminé que le temps passé hors de la Zone n’est pas lié à la tâche effectuée dans la Zone, l’entreprise concernée est responsable de la perte fiscale et des pénalités y afférentes.

CHAPITRE SEPT

Dispositions diverses et finales

Dispositions transitoires

ARTICLE 1 PROVISOIRE – (1) Les régions qui ont été créées conformément à l’objet de la loi avant la date d’entrée en vigueur du présent règlement mettent leur statut en conformité avec le présent règlement dans un délai d’un an à compter de la date d’entrée en vigueur du présent règlement.

(2) Les régions en activité depuis la date d’entrée en vigueur du présent règlement sont tenues de créer un centre d’incubation dans un délai d’un an au plus tard et un bureau de transfert de technologie dans un délai de trois ans conformément au présent règlement.

Règlement abrogé

ARTICLE 40.- (1) Le Règlement d’Application des Zones de Développement Technologique publié au Journal Officiel du 19/6/2002 et numéroté 24790 est abrogé.

Force

ARTICLE 41 – (1) Le présent règlement entre en vigueur le 1/4/2014 .

Exécutif

ARTICLE 42.- (1) Les dispositions du présent règlement sont exécutées par le ministre chargé de la science, de l’industrie et de la technologie.

Annexe

RAPPORT DE FAABILITE DE LA REGION DE DEVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE

PRINCIPES DE PRÉPARATION

A) Comité fondateur / Gestion des informations de l’entreprise

Dans cette section, chaque institution ou organisation constituant le comité fondateur / société de gestion ;

un nom

b) Adresse

c) Domaine d’activité

d) Numéros de téléphone et de fax

d) adresse e-mail

avec le nom de la Région à établir.

B) La région sera établie;

a) Évaluation générale de la Région,

1) Situation géographique, structure naturelle et statut d’utilisation des terres,

2) Infrastructures sociales, culturelles et techniques,

3) Urbanisation et aménagement,

4) Structure économique,

5) Présence industrielle.

(Les informations susmentionnées peuvent être obtenues auprès du gouvernorat concerné, du gouvernorat de district, des directions provinciales, des municipalités et d’autres institutions locales.)

b) Potentiel académique, technologique et industriel de la province

1) Nombre de personnels titulaires d’un master et d’un doctorat travaillant dans les universités,

2) Les organismes de R&D et de logiciels, leurs domaines d’activité et le nombre de personnels de recherche en activité,

3) Les organisations industrielles avec des unités de R&D et de logiciels et le nombre de personnel de recherche en activité (public/privé),

4) Zone de développement technologique, centre de développement technologique, incubateur et structures similaires,

5) Répartition sectorielle des établissements industriels (publics/privés) en pourcentage (sur la base des données de l’Institut statistique turc),

6) Répartition sectorielle des établissements industriels avec des partenaires étrangers (sur la base des données de l’Institut statistique turc),

7) Autre.

C) Comité fondateur / Responsable Information sur les activités de R&D et de logiciels des institutions ou organisations au sein de l’entreprise (Si une Zone de développement technologique établie veut ajouter de l’espace supplémentaire à la Zone à l’intérieur des frontières d’une autre province, ce titre sera examiné dans l’étendue de cette province.)

a ) Pour chaque université, institut de technologie de pointe ou centre ou institut public de R&D au sein du Comité Fondateur / Société Gérante (y compris les 3 dernières années) ;     

1) Répartition du personnel enseignant employé selon leurs titres et départements,

2) Le nombre d’études supérieures et leur répartition par départements,

3) Le nombre de personnels de R&D employés et leur répartition selon leurs domaines d’expertise,

4) Les sujets des projets de R&D menés, ainsi que les aides R&D publiques et/ou privées, le cas échéant, les ressources d’appui,

5) Objets des projets de R&D achevés, ressources de soutien s’il existe un soutien R&D public et/ou privé, sorties commerciales, le cas échéant,

6) Droits de propriété industrielle (brevet, enregistrement de marque, droit d’obtenteur, numéros de modèle d’utilité),

7) Budget total R&D et son ratio dans le budget général,

8) Le nombre, les sujets et le budget total des projets réalisés en collaboration avec l’industrie et/ou sur commande,

9) Information sur le projet et relations de coopération avec les institutions et organisations opérant dans la province,

10) Des informations sur la zone de développement technologique existante, le centre de R&D, le centre de développement technologique, l’incubateur et les structures similaires dans la province et les projets réalisés,

11) Des informations sur les relations avec la zone nationale de développement technologique, le centre de R&D, le centre de développement technologique, l’incubateur et les structures similaires opérant à l’extérieur de la province et les projets réalisés,

12) Informations sur les relations avec les organisations qui mènent des activités de R&D et d’innovation à l’étranger et sur les projets réalisés.

b) Pour chacun des autres partenaires, institutions ou organisations au sein du Comité Fondateur / Société Gérante (le cas échéant) (y compris les 3 dernières années) ;

1) Contributions en espèces et en nature aux études de R&D et de développement local menées dans la province,

2) Des informations sur les partenariats existants, les protocoles de coopération et les relations similaires avec les institutions et organisations opérant dans la province, et les projets réalisés,

3) Le nombre de projets communs nationaux et internationaux menés ou conclus avec des universités et/ou des institutions de R&D, leurs sujets et budgets totaux, les sorties commerciales, le cas échéant,

4) Le nombre de personnels de R&D employés et leur répartition selon leurs domaines d’expertise,

5) Budget total de R&D,

6) Nombre de projets de R&D réalisés et leurs sujets,

7) Brèves informations sur la zone de développement technologique existante, le centre de R&D, le centre de développement technologique, l’incubateur et les structures similaires dans la province et les projets réalisés,

8) Des informations sur les relations avec la zone de développement technologique, le centre de R&D, le centre de développement technologique, l’incubateur et les structures similaires opérant au niveau national à l’extérieur de la province et les projets réalisés,

9) Des informations sur les relations avec les organismes qui mènent des activités de R&D et d’innovation à l’étranger et les projets réalisés,

10) Informations sur les projets de R&D réalisés en utilisant des supports de R&D publics et privés et leurs résultats commerciaux, le cas échéant,

11) Droits de propriété industrielle (brevet, enregistrement de marque, droit d’obtenteur, numéros de modèle d’utilité).

D) Informations sur la sélection de la zone de zone

a) Localisation et superficie du terrain de la Région sélectionnée (m2)

b) Modes d’approvisionnement et d’utilisation concernant les droits de propriété/d’utilisation des terres régionales

c) La proximité du territoire de la région avec l’université, l’institut de haute technologie ou le centre ou institut public de R&D et les artères de transport locales, nationales et internationales

ç) Caractéristiques du territoire de la région en tant que centre d’attraction potentiel.

(Les informations concernant la sélection de la zone seront spécifiées séparément pour chaque zone établie)

D) Informations sur la société de gestion (ou existante) à créer

Société de gestion à établir (ou existante) ;

a) Partenaires et structure du capital

b) Emploi et qualification

c) Montant des dépenses fixes d’investissement pour établir une zone (par années, pour les 3 premières années)

1) Services d’arpentage, de projet et d’ingénierie

2) Valeur foncière (achat/expropriation/attribution)

3) Terrain et aménagement paysager, ouvrages préparatoires

4) Dépenses d’infrastructures

5) Dépenses de superstructure (Bâtiment administratif, centre d’incubation, bâtiments pour entrepreneurs, équipements sociaux, etc. doivent être spécifiés comme un poste distinct pour chacun.)

6) État du véhicule (voiture et véhicules de service, d’incendie, de nettoyage et similaires)

7) Frais généraux

8) Autres dépenses

ç) Montant du fonds de roulement régional (par années, pour les trois premières années)

1) Charges de main-d’œuvre et de personnel

2) Frais de chauffage et de ventilation

3) Dépenses d’exploitation et d’entretien des véhicules

4) Dépenses d’exploitation et d’entretien des installations

5) Soutien financier si fourni aux entrepreneurs

d) S’il est prévu de le faire dans la région; Dépenses à effectuer pour les programmes d’incubation, les services du bureau de transfert de technologie et les programmes de coopération technologique réalisés ou à réaliser par la société gestionnaire pour soutenir les activités de R&D et d’innovation (par années, pour les 3 premières années)

1) Programmes d’incubation

2) Services de bureau de transfert de technologie

3) Programmes de collaboration technologique

e) Montant estimé des dépenses (investissements) sur 3 ans pour la région (total de c, ç et d )

f) Plan de financement (3 premières années)

Montant total estimé de l’investissement (e) : …………………………….. TL (100%)                              

1) Capital :………………………..TL (% …… )                                                               

2) Prêts (Domestiques+Externes) :…………………….. TL (% …… )                                                 

– Prêts Internes : …….………………. TL (% …… )                                                              

– Emprunts étrangers : ………………………….. TL (% …… )                                                          

3) Indemnité :………………………….. TL (% …… )                                                                

4) Autres ressources (veuillez expliquer) : …………………….. TL (% …… )                              

5) Recettes estimées : ………………………….. TL (% …… )                                                  

– Loyer des entrepreneurs : ………………………….. TL (% …… )                                 

– Revenus de conseil :………………………….. TL (% …… )                                             

– Recettes TTO :………………………….. TL (% …… )                                                          

– Autres revenus (veuillez préciser) : …………………….. TL (% …… )                                     

E) Informations sur la gestion de la région et les entrepreneurs

a) Informations sur la gestion régionale

1) Les domaines technologiques dans lesquels la région va opérer et les extrants attendus

2) Services qu’il est prévu d’offrir aux institutions et organismes et entrepreneurs de la région

3) Le mode d’attribution des bâtiments et/ou des terrains (bail, droit d’usage, etc.) à accorder aux institutions et organismes et entrepreneurs de la région

4) S’il est prévu de mettre en place des structures telles que centre de développement technologique, centre de formation et incubateur au sein de la région, procédures et modalités de mise en place de ces structures

5) Outils incitatifs de la région

6) Institutions et organisations affiliées à la R&D et autres unités de soutien dans la région

7) Méthodes proposées et extrants mesurables prévus pour la commercialisation des études de R&D et des nouvelles technologies.

b) Informations sur les entrepreneurs (Veuillez expliquer avec justification, en tenant compte de l’industrie, de la R&D, des logiciels et des données académiques de la région.)

1) Le nombre total d’entrepreneurs dont l’implantation est prévue dans la région et la répartition estimée de ces entrepreneurs en pourcentage en tant que multinationales, grandes, petites et moyennes entreprises et start-ups

2) Estimation du nombre de personnel de R&D et de soutien à former par les entrepreneurs.

F) Expliquer les contributions possibles de la Région à établir au développement économique, technologique, social et culturel du pays et de la région.

G) Expliquer les contributions possibles des institutions et des organisations qui coopéreront à l’établissement de la Zone à la formation et au succès de la Zone.

Ğ) Expliquer les projets à réaliser au regard de la sensibilité de la Région à constituer aux valeurs naturelles, culturelles et historiques.

H) Évaluer la demande d’implantation d’une région en fonction du potentiel académique et industriel de la région et des besoins en R&D .

I) Examiner la fabricabilité et le développement de technologies nouvelles et avancées dans la région à établir.

ZONES DE DÉVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE DANS LE RÈGLEMENT DE MISE EN ŒUVRE

RÈGLEMENT SUR LES MODIFICATIONS

ARTICLE 1er – L’article 2 du règlement d’application des zones de développement technologique publié au Journal Officiel du 08/10/2016 et numéroté 29797 est modifié comme suit.

 » ARTICLE 2 – (1) Le présent règlement a été préparé sur la base de la loi sur les zones de développement technologique n ° 4691 du 26/6/2001 et de l’article 389 du décret présidentiel sur l’organisation de la présidence n ° 1 publié au Journal officiel du 10/7/2018 et numéroté 30474. ”

ARTICLE 2 – Les alinéas (f), (g), (ğ), (j), (m), (s) et (ss) du premier alinéa de l’article 3 du même règlement sont modifiés comme suit et les les paragraphes suivants ont été ajoutés au même paragraphe.

« f) Ministre : Ministre de l’Industrie et de la Technologie,

g) Ministère : Le Ministère de l’Industrie et de la Technologie,

ğ) Application : La transaction contenant les informations et documents nécessaires dans le cadre du présent règlement concernant la demande d’établissement de la zone, l’ajout d’une zone supplémentaire à la zone ou la modification de la limite de la zone ou l’annulation de la zone région,

« j) Appui : Infrastructures, bâtiment administratif, bâtiment R&D, construction d’ateliers et de centres d’incubation nécessaires aux régions, machines, équipements et logiciels à utiliser dans les ateliers, et programmes d’incubation réalisés ou à réaliser par la société gestionnaire pour soutenir les activités de R&D et d’innovation et les activités de conception crédit inscrit au budget du ministère pour les dépenses liées aux services du bureau de transfert de technologie et aux programmes de coopération technologique,

« m) Direction générale : Direction générale des incitations à la R&D »,

« s) Centre d’incubation (Incubateur) : Afin de développer en particulier les entreprises jeunes et nouvelles ; Des structures où les services de bureau, le soutien à l’équipement, le soutien à la gestion, l’accès aux ressources financières, les services essentiels de soutien commercial et technique sont fournis sous un même toit aux entrepreneurs à l’intérieur ou à l’extérieur de la Région,

« ss) Programmes à soutenir : programmes de premier cycle en mathématiques, physique, chimie et biologie des établissements d’enseignement supérieur et autres programmes à déterminer par le ministère après avis du Conseil de l’enseignement supérieur, »

« şş) Entrepreneur d’incubateur : Entrepreneurs en phase de démarrage dotés d’une personnalité physique ou morale, engagés dans des activités de R&D, d’innovation technologique, de logiciels et de conception dans des centres d’incubation,

tt) Bâtiment R&D : La structure où se trouvent les bureaux, les espaces communs et les unités liés à la fourniture de services régionaux à attribuer aux entrepreneurs menant des activités de R&D, de conception et d’innovation dans les régions,

uu) Atelier : La structure ou la zone où se trouvent les machines et équipements nécessaires aux entrepreneurs dans le cadre des activités de R&D, d’innovation et de conception,

ü) Stagiaire : développer les connaissances, les compétences, les attitudes et les comportements professionnels qu’il est prévu d’acquérir dans le cadre des programmes d’enseignement, à l’exception des cours théoriques et appliqués déterminés spécifiquement pour le domaine à tous les niveaux, qu’il est jugé approprié de donner dans les programmes d’enseignement supérieur. établissements d’enseignement supérieur par le Conseil de l’enseignement supérieur ou dans les écoles et établissements d’enseignement professionnel et technique par le ministère de l’Éducation nationale, et la reconnaissance du secteur. véritable environnement de production et de service,

ARTICLE 3 – Dans l’intitulé de la deuxième partie du même règlement, la phrase « Demande d’ouverture d’un centre d’incubation en dehors des zones régionales » est ajoutée après la phrase « Demande ».

ARTICLE 4 – La phrase « bâtiment de R&D, atelier et » est ajoutée pour venir après la phrase « bâtiment administratif » au deuxième alinéa de l’article 6 du même Règlement, et « la machine devant être utilisée dans les ateliers », à venir après l’expression « construction » dans le même paragraphe, l’expression « équipements et logiciels » a été ajoutée et l’expression « deux » dans le même paragraphe a été remplacée par « dix ».

ARTICLE 5 – La mention « à constituer le dossier de candidature » figurant au premier alinéa de l’article 7 du même règlement est abrogée et les deuxième et sixième alinéas du même article sont modifiés comme suit.

« (2) Les informations et documents requis pour la demande sont indiqués ci-dessous :

a) Pour l’établissement régional ;

1) Protocole du comité fondateur,

2) Informations cadastrales et plan de propriété certifié ou plan du lieu sélectionné,

3) Lettre de consentement à obtenir du propriétaire du terrain sélectionné pour ceux appartenant à des institutions et organismes publics,

4) Documents requis aux quatrième, cinquième et sixième alinéas de l’article 5,

5) Avis à recevoir de l’institution compétente qui a le pouvoir d’approuver le plan sur la zone sélectionnée, quant à savoir s’il y a un inconvénient en termes d’intégrité du plan,

6) Rapport de faisabilité,

7) S’il y a un bâtiment dans la zone de la zone, un permis de construire, un permis d’occuper un bâtiment ou un document d’enregistrement du bâtiment.

b) Pour l’agrandissement de la superficie de la zone ou l’ajout d’une superficie supplémentaire à la zone ;

1) La décision du conseil d’administration de la société dirigeante relative à la demande,

2) Informations cadastrales et plan de propriété certifié ou plan du lieu sélectionné,

3) Lettre de consentement à obtenir du propriétaire du terrain sélectionné pour ceux appartenant à des institutions et organismes publics,

4) Documents requis aux quatrième, cinquième et sixième alinéas de l’article 5,

5) Avis à recevoir de l’institution compétente qui a le pouvoir d’approuver le plan sur la zone sélectionnée, quant à savoir s’il y a un inconvénient en termes d’intégrité du plan,

6) Les données figurant sous la rubrique « Informations sur la sélection de la zone de superficie » du rapport de faisabilité en annexe du présent règlement ; cependant, dans le cas où la zone supplémentaire ajoutée à la zone est située à l’intérieur des frontières de différentes provinces, le rapport de faisabilité préparé pour cette province à nouveau,

7) S’il y a un bâtiment dans la zone de la zone, un permis de construire, un permis d’occuper un bâtiment ou un document d’enregistrement du bâtiment.

c) Pour le rétrécissement de la superficie de la Zone ou l’annulation de la superficie de la Zone ;

1) La décision du conseil d’administration de la société dirigeante relative à la demande,

2) Informations sur le cadastre et feuille de propriété certifiée ou carte du lieu retiré de la zone ou dont l’annulation a été demandée en tant que zone de zone,

3) Une lettre de consentement à obtenir du propriétaire du lieu, qui a été retiré de la zone ou dont la suppression est demandée en tant que zone de zone, pour ceux appartenant à des institutions et organisations publiques,

4) Documents requis au sixième alinéa de l’article 5.

ç) Dans la demande d’ouverture d’un centre d’incubation en dehors des zones de la zone, il est requis que la zone soit devenue opérationnelle et qu’un centre d’incubation ait été établi dans la zone. Pour candidature;

1) Décision du conseil d’administration,

2) Si le bien n’appartient pas à la société gestionnaire, au moins un bail de 3 ans contenant l’accord du propriétaire,

3) Rapport de faisabilité préparé électroniquement pour la raison de l’ouverture d’un centre d’incubation,

4) Permis de construire, permis d’occupation ou document d’immatriculation.

d) Pour l’annulation du centre d’incubation situé en dehors des zones de zone ;

1) Décision du conseil.

« (6) La demande d’ouverture de la Zone ou du centre d’incubation en dehors des zones de la Zone est examinée par la Direction générale dans un délai de 15 jours en ce qui concerne les éventuels manquements. En cas d’irrégularités dans la demande, les irrégularités sont notifiées au demandeur. Les documents fournis par le ministère ne sont pas demandés séparément du demandeur. S’il n’y a pas de lacunes dans la demande, la demande est évaluée par le comité d’évaluation dans les 30 jours. La demande d’établissement régional est soumise à l’évaluation des membres de la commission d’évaluation par la direction générale au plus tard 10 jours avant la date de la réunion.

ARTICLE 6 – Le premier alinéa de l’article 8 du même règlement est modifié comme suit.

« (1) Le Comité d’évaluation évalue la candidature concernant le centre d’incubation à ouvrir dans la Région ou en dehors des zones de la Zone au regard des dispositions de la Loi et du présent Règlement et des questions concernant l’institution et l’organisation qu’ils représentent ;

a) Ministère,

b) Ministère du Trésor et des Finances,

c) Ministère de l’Environnement, de l’Urbanisme et du Changement Climatique,

ç) Direction de la Stratégie et du Budget,

d) YÖK,

e) TUBITAK,

f) TOBB,

g) KOSGEB,

ğ) Deux établissements ou organismes opérant sur une technologie à déterminer par le Ministère, à condition qu’au moins l’un d’entre eux soit issu d’un établissement privé,

Il est composé de représentants de dix institutions et organisations.

ARTICLE 7 – Le membre de phrase « Directeur général de la science et de la technologie » figurant à l’alinéa a) du premier alinéa de l’article 9 du même règlement est remplacé par « Représentant » et le membre de phrase « sept » est remplacé par « huit », la phrase « quatre » dans le sous-paragraphe (c) a été remplacée par « six » et la phrase « dossier de candidature » dans la clause (ç) a été remplacée par « demande », la sous-clause suivante a été ajoutée dans la même clause et le terme  » sept » à l’alinéa e) a été remplacé par « huit ».

« 13) L’opportunité et l’adéquation de la demande d’ouverture d’un centre d’incubation en dehors des zones de zone, »

ARTICLE 8 – L’article 10 du même règlement ainsi que son intitulé sont modifiés comme suit.

« Annonce régionale et annonce du centre d’incubation à ouvrir en dehors des zones de la région

ARTICLE 10 – (1) Si la candidature régionale est approuvée par le Conseil d’évaluation, la décision du Conseil y relative et ses annexes sont soumises au Président par le Ministère. Finalisé par décision du président ; La création de la zone, l’ajout d’une zone supplémentaire à la zone, la modification des limites de la zone ou l’annulation de la zone de la zone entrent en vigueur par publication au Journal officiel.

(2) Les limites de la zone ou la décision du président concernant l’annulation de la zone, qui est entrée en vigueur après sa publication au Journal officiel, doit être envoyée aux institutions et organisations compétentes pour être traitée dans l’actuel plan ou à prendre en compte dans le changement de plan à effectuer. En outre, « la loi n° 4691 sur les zones de développement technologique et les dispositions du règlement de mise en œuvre du développement technologique sont valables dans ces zones ». déclaration est consignée dans les notes de plan par les institutions et organismes concernés.

(3) La décision de la commission d’évaluation de la demande d’ouverture d’un centre d’incubation en dehors des zones régionales est soumise au ministère. Après avoir obtenu l’Agrément du Ministre, le centre d’incubation est ouvert.

(4) La suppression du centre d’incubation situé hors des zones régionales est décidée par l’obtention d’un agrément ministériel. Les informations sur les centres d’incubation ouverts ou supprimés en dehors des zones de la région sont notifiées aux institutions et organisations concernées.

ARTICLE 9 – Le troisième alinéa de l’article 11 du même règlement est modifié comme suit.

« (3) Dans les modifications à apporter après la publication des statuts de la société de gestion au Journal officiel du registre du commerce turc, l’autorisation du ministère est requise en termes de conformité avec la loi et le règlement. »

ARTICLE 10 – L’article 14 du même règlement est modifié comme suit.

« ARTICLE 14 – (1) La société gestionnaire, pour réaliser l’objet de la Loi ;

a) Planification et projection de la région, réalisation des services d’infrastructure et de superstructure nécessaires,

b) Effectuer les actions nécessaires conformément à la loi sur l’inspection des bâtiments du 29/6/2001 et numérotée 4708 et aux dispositions du règlement correspondant,

c) Eaux usées, installations d’infrastructure des eaux usées, déchets solides, pollution des sols, pollution sonore et atmosphérique, déchets médicaux dangereux, gestion des substances radioactives et des produits chimiques dangereux, protection contre les incendies et lutte contre les incendies, préparation et coordination des plans d’urgence, évacuation, les mesures nécessaires dans le cadre de la législation pertinente en travaillant en coordination avec les institutions et organisations compétentes sur des questions telles que l’aide et l’intervention médicale d’urgence et les catastrophes naturelles,

ç) Avoir toutes les assurances du bâtiment contre les incendies et les catastrophes naturelles dans la région,

d) Fourniture de nettoyage, d’électricité, d’eau potable et de service, de gaz naturel, de mazout, de chauffage et de ventilation, de réseaux de distribution, d’assainissement, d’eaux usées, de routes intra-régionales, de transport, de communication voix et données, de services Internet et d’autres services nécessaires à la région, et Prendre les mesures nécessaires pour assurer qu’il se poursuive sans interruption, déterminer les principes de fonctionnement, établir et appliquer les prix et les calculs, fournir toutes sortes de services d’entretien et de réparation, identifier ceux qui endommagent l’infrastructure et la superstructure et fournir une indemnisation pour les dommages, ainsi que les besoins des personnes de la Région dans le cadre de la Loi et du présent Règlement Répondre autant que possible à leurs besoins économiques, sociaux et culturels tels que manger, boire, s’amuser, se reposer, prier et se loger,

e) Région ; utiliser les équipements et équipements de lutte contre les incendies à l’intérieur de l’université ou de la zone industrielle organisée s’ils se trouvent sur le territoire de l’université ou de la zone industrielle organisée, s’assurer qu’un nombre suffisant de véhicules et d’équipements de lutte contre les incendies sont disponibles s’ils se trouvent à l’extérieur de l’université ou de la zone industrielle organisée zone, ou de coopérer avec les institutions et organisations compétentes les plus proches de la zone de la zone, en prenant les mesures nécessaires pour

f) Dans la région ; Dans le cadre de la loi sur le soutien aux activités de recherche, de développement et de conception du 28/2/2008 et numérotée 5746, les institutions, organisations, personnes morales ou physiques locales ou étrangères qui souhaitent prendre place afin de fournir des services et ceux qui souhaitent se dérouler dans la Région et fonctionner conformément à l’objet de la Loi d’évaluation des demandes des centres de R&D ou des Centres de conception établis, des infrastructures de recherche qualifiées dans le cadre de la loi de soutien aux infrastructures de recherche du 3/7/2014 et numéroté 6550, et d’autres institutions et organisations, et en allouant l’espace à ceux jugés appropriés conformément à la directive opérationnelle régionale,

g) Chaque projet de R&D ou de conception à réaliser exclusivement dans la Région par les entrepreneurs qui souhaitent participer à des activités de R&D ou de conception dans la Région, sera déterminé par la société gestionnaire, deux membres experts du domaine, un membre du l’expert du secteur, ou un membre du secteur, en date du 15 février 2013. et au moins trois membres qui ne sont pas liés au projet, étant un investisseur en participation individuel titulaire d’une licence dans le cadre du règlement sur le capital-participation individuel publié au Journal officiel n ° 28560, et un conférencier expert dans le projet de R&D ou de conception d’entrepreneurs aptes à l’incubation à la Commission d’évaluation des projets composée d’un seul membre ; L’adéquation du temps nécessaire à passer dans et hors de la Région ainsi que la durée du projet, contiendra l’innovation, peut être produit, utilisé, applicable dans n’importe quel domaine,

ğ) Gestion et fonctionnement de la Zone, candidatures des entrepreneurs à placer dans la Zone et évaluation de chaque nouveau projet de R&D ou de conception à réaliser par les entrepreneurs de la Zone, dans le respect des conditions de confidentialité relatives à la protection du projet, l’attribution d’espace à ceux jugés appropriés, 8 de la loi permettant la production de produits technologiques, la mise en œuvre de l’article e du présent règlement, la conclusion de contrats de location conformément au présent règlement, le processus d’approbation du personnel de R&D ou de conception à dépenser à l’extérieur de la Région dans le cadre du projet de R&D ou de conception réalisé dans la Région ou de la formation post-universitaire ou doctorale des personnels de R&D ou de conception, et suivi du personnel dont les salaires seront exonérés d’impôt sur le revenu,Préparation de la directive commerciale de la zone, qui comprend les procédures et les principes concernant toutes les activités et pratiques à mener dans la zone, y compris des questions telles que le retrait des entrepreneurs de la zone, et auxquelles toutes les personnes physiques et morales de la zone sont obligées à respecter, conformément à la loi et au présent règlement, et une copie de celui-ci au registre du commerce turc de l’établissement de la société gestionnaire, à transmettre à la direction générale dans un délai maximum de trois mois à compter de sa publication dans son journal ou, en cas de modification de la directive en vigueur, dans un délai maximum d’un mois,

h) Mener des activités visant à accroître les demandes des entrepreneurs de la région pour bénéficier des opportunités, des connaissances, des infrastructures, des installations, des machines et des équipements des universités ou des instituts de haute technologie ou des centres ou instituts publics de R&D, et répondre à ces demandes en coordination avec le unités concernées,

ı) Les entrepreneurs de la région ne transmettent pas les informations et documents qu’ils sont tenus de transmettre à la société gestionnaire dans le cadre du présent règlement en temps voulu ou à compter de la réalisation du dernier projet de l’entrepreneur qui n’a pas soumis de nouveau projet à compter de la date de réalisation de leurs projets ; Notifiant le bureau des impôts compétent et l’institution de sécurité sociale dans les trente jours, si un nouveau projet de R&D ou de conception ne peut pas être lancé dans les trois mois, le contrat de location sera réputé résilié quelle que soit la durée du bail en cours, et les mesures nécessaires seront prises pour s’assurer que l’entrepreneur est expulsé de la Zone,

i) Établir et archiver mensuellement les listes des entreprises de R&D ou de conception entrepreneuriales, des projets de R&D ou de conception et de tout le personnel de R&D, de conception et d’appui employé dans la Région, ainsi que leurs coordonnées enregistrées, notification,

j) Conserver les informations le concernant et les activités des entrepreneurs de la Région quotidiennement ou instantanément dans les médias écrits et électroniques conformément au format déterminé par la Direction générale, et transmettre les informations annuelles approuvées par son propre expert-comptable ou expert-comptable comptable à la Direction Générale par voie électronique jusqu’à fin mai de chaque année, Si cette clause n’est pas respectée, les documents d’exonération trimestriels des entrepreneurs ne sont pas approuvés à compter de juin, si les informations ne sont transmises qu’à la fin du troisième mois , les documents d’exonération mensuels ne sont pas approuvés à partir du mois suivant et les procédures de délivrance des entrepreneurs concernés sont entamées dans ce mois,En outre, en tant que société gestionnaire, faire examiner annuellement par elle-même toutes sortes de comptes et d’opérations par un expert-comptable agréé conformément à la loi sur l’expert-comptable agréé et l’expert-comptable assermenté du 1/6/1989 et numéroté 3568 , une copie du rapport d’audit financier pour la même période jusqu’à fin mai de chaque année, en veillant à ce qu’il soit communiqué à lui-même et à la Direction Générale,

k) Concernant les entrepreneurs de la région;

1) S’assurer que l’entrepreneur opère conformément à l’objectif spécifié dans la loi, en procédant aux inspections nécessaires afin d’obtenir le document contenant toutes sortes de données statistiques demandées pour les activités réalisées, de manière complète et en temps opportun,

2) Transmettre les informations et les documents demandés par le Ministère concernant les activités des entrepreneurs conformément au délai et au format spécifiés,

3) Vérifier si les personnes qui bénéficient de l’exonération de l’impôt sur le revenu pour les salaires employés par l’entrepreneur travaillent effectivement dans la Zone,

4) Vérifier si le rapport entre le nombre de personnel de soutien employé par l’entrepreneur et dans le cadre de l’exonération et le nombre de personnel de R&D et de conception est conforme aux critères spécifiés dans la loi et le présent règlement,

5) À la demande de l’entrepreneur, le personnel de R&D ou de conception travaillant dans le cadre du projet de R&D ou de conception réalisé par les entrepreneurs ; Examiner le temps requis pour être passé à l’extérieur de la zone par rapport au travail effectué dans la zone, approuver ceux qui sont appropriés, examiner et archiver les documents obtenus auprès de l’institution et de l’organisme compétents concernant le temps réel passé à l’étranger dans le cadre de la Projet de R&D ou de conception,

6) Si l’entrepreneur le demande, un certificat d’achèvement de projet est délivré en tenant compte des critères énumérés à l’alinéa (g) du premier paragraphe du présent article,

i) Les entreprises sollicitant un certificat d’achèvement de projet postulent par voie électronique pour leurs projets achevés dans la Région.

ii) La société gestionnaire évalue, accepte et signe la candidature par voie électronique, en la faisant examiner par au moins un conférencier expert ou un représentant du secteur.

iii) La Direction générale évalue la candidature et, si elle le juge approprié, approuve la candidature.

iv) Le document, qui est approuvé par le Ministère dans un environnement électronique, est envoyé à l’entreprise entrepreneur par l’intermédiaire de la société gestionnaire.

7) Délivrance d’un document d’acceptation de projet pour les entrepreneurs avec un code de projet sous forme électronique par la Direction Générale,

l) Inspecter les entrepreneurs à des fins réglementaires conformément à la loi, au présent règlement, à la directive commerciale régionale et à toute autre législation pertinente, ne pas approuver les certificats d’exemption mensuels à compter de la date à laquelle les activités illégales sont détectées à la suite de l’audit, avertir les entrepreneurs pendant une certaine période de temps, ne dépassant pas trois mois, pour la correction des activités illégales, le temps imparti Prendre les mesures nécessaires pour assurer l’expulsion de l’entrepreneur de la Zone, quelle que soit la durée du bail en cours des entrepreneurs qui ne corrigent pas leurs activités violentes à la fin de la journée,

m) Préparer au moins un plan stratégique triennal de la Région au cours de la première année à compter de la date de création de la société gestionnaire, le renouveler en cas d’expiration du plan stratégique ou en cas de besoin, et le soumettre à la Direction générale,

n) Comparaison du rapport préparé à la fin de chaque année conformément aux procédures et principes de préparation du rapport d’évaluation d’impact de la zone de développement technologique à déterminer par la direction générale, afin d’évaluer l’impact du soutien et des exemptions qui lui sont fournis et aux entreprises engagées dans des activités de R&D ou de conception dans la Région. , en l’affichant dans un environnement graphique et en le transmettant à la Direction Générale en juin de chaque année,

Parallèlement à l’accomplissement de ses fonctions, il est tenu de prendre les mesures nécessaires à la gestion et au fonctionnement de la Zone dans le cadre de la Loi et du présent Règlement. En outre, dans le cadre de l’appui apporté par le Ministère ; En cas d’incohérence dans les informations et documents des demandes de la Société Gestionnaire et des entreprises de la Région ou incohérence au regard de la Loi et du présent Règlement, le demandeur est responsable de cette situation conjointement avec l’entreprise.

(2) En outre, la société gestionnaire fournit des services techniques aux entrepreneurs dans les domaines de la formation, de l’incubation, des tests, de l’étalonnage et de l’assurance qualité et des questions similaires en fonction des besoins de la Région, ainsi que de la protection des droits de propriété intellectuelle et de l’octroi de licences, du transfert et transactions similaires, création d’entreprise, transfert de technologie, financement, fiscalité et procédures juridiques Fournir ou fournir des services sur des questions telles que les demandes, le capital-risque, le marketing et l’exportation, Conformément aux besoins communs des institutions et des organisations et des entrepreneurs opérant dans la région, d’importants outils et équipements de production, de test et de contrôle, qu’il n’est pas financièrement et technologiquement impossible pour eux d’acheter ou de faire seuls Des laboratoires nouveaux et de haute technologie orientés vers un objectif en les achetant ou en les louant,La création et l’exploitation de laboratoires et d’unités de production de production et de conception numériques (numériques), leur mise à la disposition des parties concernées contre rémunération, l’emploi de personnel expérimenté spécialisé dans l’utilisation des outils, machines et équipements en relation avec ces services et la réalisation activités commerciales, il peut également s’engager dans des activités de R&D avec la coopération et la coordination nécessaires.Il peut également s’engager dans des activités de R&D avec la coopération et la coordination nécessaires avec les personnes et les organisations liées à ces questions.Il peut également s’engager dans des activités de R&D avec la coopération et la coordination nécessaires avec les personnes et les organisations liées à ces questions.

(3) TEKMER, le centre de R&D ou le centre de conception et les infrastructures de recherche relevant du champ d’application du présent règlement sont établis, gérés, exploités et supervisés conformément à leur propre législation. Parallèlement à ces structures, les entrepreneurs soutenus par d’autres législations et engagés dans des activités de R&D ou de conception sont également responsables administrativement devant le ministère et la société de gestion régionale dans le cadre du règlement.

(4) Dans un délai maximum de trois ans à compter de la publication de la décision présidentielle relative à l’annonce de la zone de zone au Journal officiel, les activités dans cette zone de zone sont lancées. Sauf cas de force majeure, si l’aire de la Zone ne peut être mise en service dans les délais impartis, la société gestionnaire de la Zone demande à la Direction Générale une prorogation de délai. Si la Direction Générale le juge opportun, un délai supplémentaire d’un an au maximum peut être accordé pour l’activation de la zone Zone pour une seule fois. En cas d’impossibilité de démarrage des activités dans l’aire de la Zone dans ce délai supplémentaire, la décision du Président relative à l’annonce de l’aire de la Zone est annulée, ainsi que ses dispositions et résultats. En outre, dans le cas où l’activité dans la zone concernée est arrêtée après l’activité dans la zone Zone, sauf cas de force majeure, et que l’exploitation n’est pas reprise dans un délai d’un an, la décision du Président de la République relative à l’annonce de le domaine en question est annulé, ainsi que ses dispositions et résultats. Cette situation est signalée à d’autres institutions et organisations concernées. Après obtention de l’Agrément Ministériel relatif à l’ouverture du centre d’incubation en dehors des zones régionales, celui-ci sera opérationnel dans un délai maximum de six mois. Sauf cas de force majeure, si le centre d’incubation ouvert en dehors des périmètres de la Zone ne peut être mis en service dans le délai imparti, la société gestionnaire de la Zone demande au Ministère une prorogation de délai. Si le ministère le juge approprié, une période supplémentaire pouvant aller jusqu’à six mois peut être accordée pour le fonctionnement du centre d’incubation pour une fois. Pendant cette période supplémentaire, En cas d’inaction, l’Agrément du Ministre en la matière est annulé avec ses dispositions et résultats. Dans le cas où il est déterminé que le centre d’incubation ouvert en dehors des zones régionales est utilisé à des fins autres que celles spécifiées dans la loi et le présent règlement, après que le centre d’incubation est devenu opérationnel, la décision du centre d’incubation est annulée avec le consentement du Ministre.

(5) La Zone est réputée être devenue opérationnelle si le projet est évalué dans le cadre du présent Règlement, et qu’une place est attribuée à l’entrepreneur pour mener des activités de R&D et d’innovation et des activités de conception, et si le Ministère la visite le site et est jugé approprié.

(6) La licence commerciale et la licence commerciale sont délivrées par les directions provinciales de l’industrie et de la technologie dans le cadre de la loi portant modification du décret-loi n ° 3572 sur l’ouverture d’entreprises et les licences de travail du 14/6/1989 et les questions spécifiées dans le règlement émis sur la base de la présente loi. est inspecté. Dans le cas où la zone est située dans la zone industrielle organisée et est demandée par la société de gestion de la zone, toutes sortes de services d’infrastructure tels que l’électricité, l’eau, le gaz naturel, Internet, l’ouverture d’entreprise et la licence d’exploitation requises par la zone sont conformes aux la loi n° 4562 du 12/4/2000 sur les zones industrielles organisées, fournie par la direction des zones industrielles organisées.

(7) La Direction Générale est autorisée à déterminer les plafonds des loyers dans les zones de développement technologique et les centres d’incubation ouverts en dehors des zones de la Zone, et à différencier les taux de remise locative à appliquer aux entreprises d’incubation dans ces centres, en fonction des demandes ou s’il le juge nécessaire.

(8) Le Siège est autorisé à déterminer l’espace de bureau minimum par effectif total des entreprises dans les zones de développement technologique.

ARTICLE 11 – L’article 15 du même règlement avec son intitulé est modifié comme suit.

“ Entrepreneur d’incubation, centre d’incubation et programme d’incubation

ARTICLE 15 – (1) Sociétés d’incubation ; Ce sont des entrepreneurs qui deviennent des entreprises en participant à des programmes d’entrepreneuriat menés par des sociétés de gestion de zones de développement technologique, ou qui sont impliqués dans des activités de R&D, d’innovation technologique, de logiciels et de conception, et sont situés dans des centres d’incubation en tant qu’entreprises avec des projets pour une durée maximale de trois ans .

(2) Société de gestion ; Il exerce des activités de pépinière afin de former des entreprises de R&D et innovantes et de développer des jeunes et nouvelles entreprises dans la pépinière ouverte en Région et hors Région.

(3) Il est exigé que le nombre d’employés de l’incubateur entrepreneur à installer dans les centres d’incubation ouverts en dehors des zones de la région soit inférieur à 10 personnes et qu’il s’agisse d’une entreprise technologique créée au cours des trois dernières années.

(4) Société de gestion ; Il attribue une place aux entreprises d’incubation dans le centre d’incubation dans le cadre des dispositions du présent règlement, selon la durée du projet, jusqu’à 36 mois.

(5) Société de gestion ; Il peut soumettre l’entrepreneur qui a une idée d’entreprise ou un projet qu’il souhaite mettre en œuvre et qui n’a pas encore créé d’entreprise soumise à l’impôt sur le revenu et sur les sociétés, au programme de pré-incubation et attribue une place à l’entrepreneur dans le centre d’incubation pour un maximum de 18 mois.

(6) Société de gestion ; Lorsqu’il n’y a pas de place dans le centre d’incubation, des entreprises d’incubation ou des personnes réelles ayant une nouvelle idée peuvent être hébergées dans ces bâtiments, à condition qu’il y ait des bureaux appropriés dans le bâtiment administratif, le bâtiment R&D ou d’autres bâtiments.

(7) La société gestionnaire régionale établit le centre d’incubation dans un délai d’un an au plus tard, s’il n’y a pas de TEKMER dans le périmètre de la Zone, après le démarrage de l’exploitation.

(8) Le nombre d’incubateurs situés dans la zone de la zone ne peut être inférieur à dix pour cent du nombre total d’entreprises, et la société gestionnaire alloue au moins cinq pour cent de la surface locative totale de l’immeuble aux incubateurs situés dans la zone. Zone zone. Dans les calculs, les fractions sont calculées en entier. Les entreprises d’incubation de TEKMER, le cas échéant, dans la région sont également incluses dans ce calcul. Les entreprises d’incubation situées dans des centres d’incubation ouverts à l’extérieur de la région ne sont pas incluses dans ce calcul.

(9) Société de gestion dans le cadre de programmes d’incubation ; Il fournit les services et soutiens suivants dans la mesure de ses possibilités, en fonction des besoins des entrepreneurs :

a) Fournir des bureaux, du mobilier et de l’équipement, en créant l’infrastructure et les espaces communs nécessaires.

b) Fournir des services de secrétariat et de soutien, fournir un accès au matériel et aux logiciels.

c) Organiser des concours et des programmes similaires de promotion de l’entrepreneuriat.

d) Organiser des formations, des séminaires et des ateliers pertinents.

d) Fournir un soutien à la gestion, un soutien commercial et technique essentiel.

e) Fournir des services de conseil et de mentorat en matière technique et administrative.

f) Fournir un soutien dans les domaines de l’incorporation, de la commercialisation, de l’internationalisation et des domaines similaires.

g) Fournir des conseils sur l’accès au financement lié aux activités de R&D et d’innovation et aux activités de conception et les orienter vers des programmes existants ou soutenir la réunion avec des structures appropriées.

ð) Assurer l’interaction et la coopération entre les incubateurs entre eux et avec d’autres entreprises implantées dans la Région.

(10) La société gestionnaire s’assure que s’il y a TEKMER dans la Zone, elle peut bénéficier des services dans le cadre du présent article.

(11) La société gestionnaire régionale, les entrepreneurs de l’incubateur, les redevances unitaires de location au mètre carré appliquées dans la Région ; Il ne peut être supérieur à vingt-cinq pour cent pour ceux qui ont soutenu publiquement des projets de R&D et à cinquante pour cent pour les autres. En fonction de la durée du projet de R&D, un espace est alloué aux entreprises d’incubation pour une durée maximale de 36 mois. Lors de l’attribution de l’espace, on veille à créer des espaces de bureaux complètement ou partiellement séparés des autres entreprises.

(12) Les aides, incitations, exonérations et exceptions prévues dans le cadre du présent règlement s’appliquent également aux centres d’incubation ouverts en dehors des zones de zone. Les dispositions de la loi et du présent règlement s’appliquent à tous les autres travaux et transactions concernant ces centres, y compris les devoirs et responsabilités de la société gestionnaire.

ARTICLE 12 – La phrase « Loi sur les permis de travail des étrangers du 27/2/2003 et numéro 4817 » dans le premier paragraphe de l’article 18 du même règlement a été remplacée par « Loi internationale du travail du 28/7/2016 et numéro 6735 ”.

ARTICLE 13 – Les mots « Ministère des Finances » au deuxième alinéa de l’article 19 du même Règlement sont remplacés par « Ministère de l’Environnement, de l’Urbanisme et du Changement Climatique », « Ministère du Développement » par « Ministère », « Trésor des Finances ». » comme « Trésor » et pareil La phrase « par le ministère des Finances » au quatrième paragraphe de l’article a été remplacée par « par le ministère de l’Environnement, de l’Urbanisme et du Changement climatique ».

ARTICLE 14 – La phrase « à condition que la hauteur maximale soit libérée » au neuvième alinéa de l’article 20 du même règlement est abrogée.

ARTICLE 15 – La phrase suivante est ajoutée après la première phrase du premier alinéa de l’article 23 du même règlement.

« Toutes sortes de procédures de permis de construction et de permis d’occupation pour les bâtiments existants et autorisés situés dans la zone avant l’annonce de la zone et pour les centres d’incubation en dehors des zones de la zone seront effectuées par les institutions et organisations compétentes qui ont délivré le permis de construction. ”

ARTICLE 16 – L’article 25 du même règlement est modifié comme suit.

 » ARTICLE 25 – (1) En matière de construction, de révision et de modification du plan d’urbanisme, de la construction et des modifications du plan de lotissement, des projets d’exécution, de la construction, du permis de construire et du permis d’occuper un bâtiment, qui ne sont pas incluses dans le présent règlement, toutes les dispositions des dispositions de la loi sur le zonage n° et les dispositions du règlement pertinent sont appliquées.

(2) Les modifications du plan de développement dans les zones de développement technologique librement déterminées après le 1/7/2021, comme spécifié dans l’article temporaire 20 de la loi de zonage n° 3194, sont approuvées par le ministère.

ARTICLE 17 – Le deuxième alinéa de l’article 26 du même règlement est ainsi modifié.

« (2) Dans les Régions ; Dépenses pour la construction d’infrastructures, bâtiment administratif, bâtiment R&D, atelier et centre d’incubation, machines, équipements et logiciels à utiliser dans les ateliers, programmes d’incubation menés ou à mener par la société gestionnaire pour soutenir les activités de R&D et d’innovation et les activités de conception , les services du bureau de transfert de technologie et les programmes de coopération technologique peuvent être couverts, dans la limite des crédits prévus au budget du ministère, dans le but d’aider la société de gestion régionale. Les crédits inscrits au budget du ministère en vue de mobiliser les régions sont inscrits dans le programme annuel d’investissement et sont utilisés dans le cadre des programmes de dépenses déterminés par la Présidence.

ARTICLE 18 – L’article 27 du même règlement est modifié comme suit.

 » ARTICLE 27 – (1) La société gestionnaire qui demandera un soutien, pour chaque année d’investissement, remplit les parties entrant dans le champ de la dotation dans le Tableau de Répartition des Dépenses Régionales d’Investissement par Années, et soumet les infrastructures, bâtiments administratifs , bâtiment de R&D, atelier et centre d’incubation pour lesquels la demande de soutien est faite Construction, machines, équipements et logiciels à utiliser dans les ateliers, les programmes d’incubation, les services de bureau de transfert de technologie et les programmes de coopération technologique conformément au format déterminé par le ministère, ajoute le rapport d’analyse des besoins au tableau de demande de crédits et le transmet à la Direction générale.

(2) La demande de soutien est faite annuellement pendant trois ans à compter de l’année d’investissement suivante, jusqu’à fin avril de l’année en cours au plus tard. Les régions peuvent également demander un soutien plus tard dans l’année.

(3) Ministère, Régions ; infrastructure, bâtiment administratif, bâtiment de R&D, construction d’ateliers et de centres d’incubation et machines, équipements et logiciels à utiliser dans les ateliers, programmes d’incubation réalisés ou à réaliser par la société gestionnaire pour soutenir les activités de R&D et d’innovation et les activités de conception, transfert de technologie services et technologie de bureau Il évalue les demandes d’appui liées aux programmes de coopération en fonction des possibilités budgétaires et en fait rapport à la Présidence de la stratégie et du budget avec la proposition de budget d’investissement du ministère.

(4) La société gestionnaire est tenue de commencer les opérations dans les zones de zone dès que possible ou dans les zones de zone où l’opération a commencé ; peut solliciter le soutien de la Direction Générale pour les dépenses liées à l’infrastructure, au bâtiment administratif, au bâtiment R&D, à l’atelier et au centre d’incubation.

(5) Lorsque les bâtiments existants dans les zones d’exploitation ne peuvent pas répondre à la demande, la société gestionnaire peut demander un soutien supplémentaire au ministère pour la construction du nouveau bâtiment. Un rapport d’analyse des besoins est également joint à la demande de soutien, indiquant la nécessité d’établir un nouveau bâtiment administratif, un bâtiment R&D, un atelier et un centre d’incubation.

(6) La société gestionnaire peut également solliciter le soutien de la Direction générale pour les programmes d’incubation, les services du bureau de transfert de technologie et les programmes de coopération technologique pour soutenir les activités de R&D et d’innovation et les activités de conception, ainsi que les dépenses engagées dans le cadre des machines, équipements et logiciels. à utiliser dans les ateliers situés dans la Zone. ”

ARTICLE 19 – L’article 28 du même règlement est modifié comme suit.

« ARTICLE 28.- (1) Le Ministère ; infrastructure, bâtiment administratif, bâtiment de R&D, construction d’ateliers et de centres d’incubation, machines, équipements et logiciels à utiliser dans les ateliers, programmes d’incubation réalisés ou à réaliser par la société gestionnaire pour soutenir les activités de R&D et d’innovation et les activités de conception, transfert de technologie services de bureau et technologie Il évalue la demande de soutien liée aux programmes de coopération et effectue des examens dans la Région lorsqu’il le juge nécessaire.

(2) Afin d’évaluer la demande d’appui formulée pour la construction des infrastructures nécessaires, bâtiment administratif, bâtiment R&D, atelier et centre d’incubation pour les régions ;

a) La constitution de la société gestionnaire a eu lieu,

b) Les plans de zonage ont été approuvés,

c) Les projets de candidature relatifs à la construction du bâtiment administratif, du bâtiment R&D, de l’atelier et du centre d’incubation à construire dans le cadre du projet ont été approuvés,

ç) Le permis de construire a été obtenu,

condition est requise. S’il y a un bâtiment dans la zone avant sa publication au Journal officiel, l’exigence de licence n’est pas demandée. Les demandes nécessaires sont faites à la Direction générale dans un environnement électronique par la société de gestion régionale afin de faire autoriser cet immeuble, et l’immeuble est rendu licencié. Toutefois, les procédures d’octroi de licences ne constituent pas un obstacle au transfert de l’aide.

(3) Si l’infrastructure, le bâtiment administratif et le centre d’incubation ne sont pas adaptés aux travaux et procédures spécifiés à l’annexe 3, la demande d’assistance formulée par la société gestionnaire de la zone ne sera pas prise en considération.

(4) Afin d’évaluer la demande de soutien pour les programmes d’incubation, les services de bureau de transfert de technologie et les programmes de coopération technologique réalisés ou à réaliser par la société gestionnaire pour soutenir les activités de R&D et d’innovation et les activités de conception, et pour les machines, équipements et logiciels à utiliser dans les ateliers à l’intérieur des limites de la Région ;

a) La constitution de la société gestionnaire a eu lieu,

b) La région est devenue opérationnelle,

c) Création du centre d’incubation ou du bureau de transfert de technologie (unité),

ç) Les Programmes/Services ne sont pas réalisés par une autre société ou la société avec laquelle elle est partenaire, mais par la Société gestionnaire régionale elle-même,

d) Une demande de prise en charge a été faite pour une dépense ou un investissement,

e) Les machines, équipements et logiciels faisant l’objet de la demande d’assistance sont compatibles avec le domaine sectoriel dans lequel les entreprises de la Région opèrent de manière prédominante ou sont compatibles avec les domaines sectoriels inclus dans le plan stratégique régional,

f) L’université, qui fait partie des actionnaires de la société de gestion, ne dispose pas des machines, équipements et logiciels pour lesquels le soutien est demandé, ou s’il y en a, il a été approuvé par l’université qu’il n’est pas possible d’utiliser le entreprises régionales,

g) Que les machines, équipements et logiciels acquis par la société gestionnaire dans le cadre de l’accompagnement ne soient pas revendus pendant une durée de cinq ans à compter de la date de cession de l’accompagnement par le Ministère, qu’ils ne soient pas loués à d’autres personnes, institutions/organisations d’une manière qui empêche l’utilisation conjointe des entreprises de la région, Il a été promis qu’il ne sera en aucun cas transféré,

ð) Le rapport final selon le format déterminé par le Ministère, qui comprend les réalisations, les réalisations et la facture ou le document de dépenses comme base des dépenses, a été envoyé à la Direction Générale,

condition est requise.

(5) Afin d’évaluer les demandes de soutien des régions; Le ministère est informé de la mise en service de la zone, de l’utilisation ou non des fonds des années précédentes, du montant des demandes d’aide au paiement progressif effectuées au cours de l’année et des autres informations et documents demandés.

ARTICLE 20 – La phrase « document » au premier alinéa de l’article 29 du même règlement est remplacée par « et les informations de localisation des fabrications », et la phrase « bâtiment R&D, atelier » est ajoutée après la phrase « bâtiment administratif  » au quatrième alinéa du même article. et l’alinéa suivant a été ajouté au même article.

« (6) Dans l’évaluation du rapport de paiement d’étape pour la mise en place de l’installation de production d’énergie, qui fait partie des investissements d’infrastructure ; La consommation annuelle actuelle de la région et la consommation annuelle prévue dans les trois prochaines années sont prises en compte.

ARTICLE 21 – La phrase « bâtiment R&D, atelier » est ajoutée après la phrase « bâtiment administratif » au premier alinéa de l’article 30 du même règlement, et les phrases suivantes sont ajoutées au même paragraphe.

« Dans les paiements de soutien à effectuer par le ministère concernant les dépenses effectuées par la société gestionnaire pour les programmes d’incubation, les services du bureau de transfert de technologie et les activités de coopération technologique et les machines, équipements et logiciels à utiliser dans les ateliers ; L’équivalent en livre turque des dépenses effectuées en devises étrangères est calculé sur le taux de vente des devises de la Banque centrale de la République de Turquie à la date de facturation. Si le montant calculé est supérieur au montant enregistré dans le journal relatif à cette dépense, le montant enregistré dans le journal est pris comme base.

ARTICLE 22 – L’intitulé de la sixième section du même Règlement est modifié comme suit.

« Exemptions, remises et exceptions, programmes à soutenir, soutien aux doctorants, pratiques de capital-risque, surveillance et inspection de la région »

ARTICLE 23 – L’article 35 du même règlement est modifié comme suit.

« ARTICLE 35 – (1) Les principes relatifs à l’application de l’exonération, de l’exonération et de la remise dans la région sont les suivants :

a) Les bénéfices des sociétés de gestion résultant de toutes sortes d’activités liées à l’application de la Loi sont exonérés de l’impôt sur les sociétés jusqu’au 31/12/2028. La société gestionnaire s’adresse à l’administration fiscale à laquelle elle est affiliée pour appliquer ces exonérations. La société gestionnaire est également exonérée du droit de timbre sur les actes délivrés pour l’exécution de la loi, des frais en matière de transactions et de la taxe foncière due aux immeubles qu’elle possède dans le périmètre de la Zone.

b) Les contribuables revenus et sociétés opérant dans la Zone, exclusivement à partir d’activités de logiciels, de conception ou de R&D dans cette Zone, sont exonérés d’impôt sur le revenu et sur les sociétés jusqu’au 31/12/2028. Pour bénéficier de cette exonération, les contribuables s’adressent à l’administration fiscale à laquelle ils sont affiliés. Pour l’application de ladite exonération, des documents à obtenir auprès de la société gestionnaire attestant que le contribuable est situé dans la Région et les domaines d’activité du contribuable sont joints à cette demande.

c) Jusqu’au 31/12/2028, la taxe calculée sur les salaires du personnel de R&D, de conception et de support travaillant dans la Zone en rapport avec ces fonctions sera payée, avant le 1/1/2022, à l’article 32 du Code de l’Impôt sur le Revenu Loi du 31/12/1960 et numérotée 193. L’allocation de subsistance minimale réglementée à l’article 1/1/2022, le montant de l’impôt restant après déduction de l’impôt correspondant à l’exonération du salaire minimum réglementé au premier alinéa de l’article 23 de la loi n° 193 (18); Elle est annulée par déduction de l’impôt dû sur la déclaration de retenue à la source à déposer. Les documents délivrés concernant les frais dans ce cadre sont exonérés du droit de timbre. Le nombre de personnel de soutien qui bénéficiera d’incitations concernant la retenue d’impôt sur le revenu et la prime d’assurance de l’employeur ne peut pas dépasser dix pour cent du nombre total de personnel de R&D et de conception. Dans le calcul du nombre de personnel de soutien, les nombres fractionnaires sont ajoutés au nombre entier suivant. Dans le cas où le nombre de personnel de soutien dépasse dix pour cent du nombre total de personnel de R&D et de conception, des incitations sont appliquées à partir des salaires du personnel de soutien avec le salaire brut le plus bas. Dans le cas où les salaires bruts sont les mêmes, le personnel de soutien dont les salaires seront encouragés est déterminé par l’entreprise entrepreneuriale pour laquelle il travaille. Ce taux est appliqué à vingt pour cent pour les entreprises de la Zone dont l’effectif total est inférieur à quinze (hors). Les salaires correspondant aux congés hebdomadaires et aux congés payés annuels ainsi qu’aux jours fériés spécifiés dans la loi n° 2429 du 17/3/1981 sur les fêtes nationales et les jours fériés entrent également dans le champ d’application de cette incitation. Dans le calcul, les nombres fractionnaires sont ajoutés au nombre entier suivant. Les salaires de plus de quarante-cinq heures hebdomadaires et les heures de travail supplémentaires ne peuvent pas bénéficier de cette incitation. La société gestionnaire vérifie si les personnes dont les salaires bénéficient de l’incitation à la retenue à la source travaillent effectivement dans la Zone. Pour que cette incitation soit mise en œuvre, l’entrepreneur concerné dispose de la liste indiquant tout le personnel de R&D, de conception et de soutien travaillant dans la Région et défini conformément au présent règlement, leurs descriptions de poste dans les projets de R&D et de conception, leurs qualifications et leurs heures de travail au société gestionnaire sur une base mensuelle, et la soumet à la société gestionnaire sur une base mensuelle. Le calcul de l’impôt à imputer sur le brut des rémunérations nettes du personnel travaillant dans la zone en dehors du champ d’application de l’incitation et les incitations fiscales prévues par la loi ne doivent pas être pris en compte lors de ce calcul. Personnel de R&D, de conception et de support gagné dans le cadre de la Loi, primes, Les primes et paiements similaires sont également inclus dans le champ d’application de l’incitation. Les sujets tels que les heures, les taux, les durées, les salaires entrant dans le champ d’application du présent paragraphe sont calculés sur une base mensuelle et sur une base de 30 jours.

ç) Les municipalités ne facturent pas de redevances sur les eaux usées aux régions qui exploitent des stations d’épuration.

d) Les contribuables à revenu ou les entreprises opérant dans la Région peuvent bénéficier des incitations fiscales de la loi n° 4691 dans son ensemble en raison des activités de développement de logiciels, de conception ou de R&D. Dans ce cas, pour le même logiciel ou projet de R&D ou de conception, elles ne peuvent pas bénéficier des incitations fiscales prévues par la loi sur l’impôt sur les sociétés n° 5520 du 13/6/2006, la loi n° 193 et ​​la loi n° 5746.

e) Pour autant qu’il soit directement lié aux projets réalisés par le personnel de R&D et de conception travaillant dans les entreprises de la Région, dans les cas où certaines des activités entrant dans le cadre du projet doivent être réalisées à l’extérieur de la Région, la partie à déterminer séparément ou conjointement par le Président de la République, à condition qu’elle n’excède pas cent pour cent des redevances afférentes à ces activités hors Région évaluées dans le cadre de l’incitation à la retenue à la source de l’impôt sur le revenu. En outre, dans le cadre de l’incitation à la retenue d’impôt sur le revenu, les périodes passées hors de la Zone sont également considérées comme relevant du champ d’application de l’incitation à la retenue d’impôt sur le revenu, à condition qu’elles n’excèdent pas vingt pour cent du nombre total de personnes travaillant dans la Zone ou du total heures de travail soumises à l’incitation, sauf dans les cas prévus au présent paragraphe. Président, Il est autorisé à augmenter ce taux, fixé à vingt pour cent, jusqu’à soixante quinze pour cent dans les zones régionales et/ou sectorielles à déterminer, ou à le ramener à nouveau au taux légal. Pour bénéficier de l’incitation dans le cadre du présent alinéa, il est obligatoire d’obtenir l’agrément de la société régionale de gestion et d’en informer le Ministère. Si, avec l’accord de la société gestionnaire, il est constaté que le temps passé hors de la Zone n’est pas lié à la tâche effectuée dans la Zone, l’entreprise concernée est responsable de la perte fiscale et des pénalités y afférentes. Afin d’appliquer l’exception dans le cadre du présent paragraphe ; Si, avec l’accord de la société gestionnaire, il est constaté que le temps passé hors de la Zone n’est pas lié à la tâche effectuée dans la Zone, l’entreprise concernée est responsable de la perte fiscale et des pénalités y afférentes. Afin d’appliquer l’exception dans le cadre du présent paragraphe ; Si, avec l’accord de la société gestionnaire, il est constaté que le temps passé hors de la Zone n’est pas lié à la tâche effectuée dans la Zone, l’entreprise concernée est responsable de la perte fiscale et des pénalités y afférentes. Afin d’appliquer l’exception dans le cadre du présent paragraphe ;

1) Dans les cas où il est nécessaire de réaliser une partie du logiciel ou du projet de R&D ou de conception réalisé par l’entrepreneur en dehors de la Région, le nombre et les qualifications des employés en termes de projets, avec la proposition motivée concernant les parties de l’entreprise entrepreneur, logiciel ou projet de R&D ou de conception qui devrait être dépensé en dehors de la Région, Il soumet des informations sur les périodes qu’il a travaillé dans les projets et ses salaires à l’entreprise gestionnaire.

2) La proposition motivée soumise par l’entrepreneur est examinée par la société gestionnaire et il est déterminé qu’une partie du logiciel ou du projet de R&D ou de conception ne peut pas être réalisée dans la Région (elle doit obligatoirement être réalisée en dehors de la Région), et les activités logicielles, de conception ou de R&D réalisées dans la Région sont déterminées Sous réserve qu’il soit constaté qu’elles s’inscrivent dans le cadre d’un même projet logiciel ou de R&D ou de conception, la proposition motivée est approuvée par la société gestionnaire.

3) Le logiciel ou le document ou d’autres pièces justificatives obtenus auprès de l’institution ou de l’organisme où les travaux de R&D sont effectués concernant le temps passé par le personnel de R&D ou de conception travaillant dans la Zone en dehors de la Zone concernant le logiciel ou le projet de R&D ou de conception qu’ils effectuer sont soumis à la société gestionnaire.

f) Incitation à la retenue d’impôt sur le revenu à déterminer séparément ou conjointement par le Président du personnel de R&D et de conception travaillant dans les entreprises de la Région, à condition qu’elle n’excède pas cent pour cent des salaires liés au temps passé hors de la Région, n’excédant pas un an et demi pour les doctorants et deux ans pour les doctorants. Dans ce cadre, il est obligatoire d’obtenir l’agrément de la société régionale de gestion et d’informer le ministère pour bénéficier de l’incitation. S’il est déterminé que le temps passé hors de la Zone n’entre pas dans le périmètre d’agrément, avec l’accord de la société gestionnaire, l’entreprise concernée est responsable de la perte fiscale et des pénalités afférentes. Le temps à passer dans l’enseignement post-universitaire pour appliquer l’exception dans le cadre du présent paragraphe, Il est calculé avec l’approbation du responsable régional de l’entreprise, en tenant compte du programme de cours approuvé par l’université. Dans ces calculs, les recherches à effectuer dans le cadre des cours suivis aux cycles supérieurs peuvent également être prises en compte. Dans l’application des délais d’un an et demi et de deux ans, les délais écoulés dans le cadre du gel des inscriptions ne sont pas pris en compte.

g) À mettre en œuvre jusqu’au 31/12/2028, les aides en capital fournies par les contribuables du revenu et les entreprises à ceux qui opèrent dans la Zone doivent être utilisées pour le financement de projets entrant dans le champ d’application de la Loi, à condition qu’elles ne dépassent pas dix pour cent du le revenu déclaré ou le revenu social et vingt pour cent du capital social Conformément à l’article 89 du revenu commercial et conformément à l’article 10 de la loi n ° 5520, la déduction est effectuée dans la détermination du revenu social. Le montant à déduire ne peut pas dépasser 1 000 000 de livres turques par an. Le président est autorisé à réduire de moitié les taux et la limite monétaire de cet article ou à les augmenter jusqu’à quatre fois. Dans le cas où les aides en capital fournies par les contribuables sur le revenu et les sociétés devant être utilisées pour le financement des projets dans ce cadre ne restent pas dans les sociétés concernées pendant au moins quatre ans après le transfert, les actions sont vendues ou le capital investi est partiellement ou complètement retiré, les impôts non courus à temps en raison de l’escompte sont collectés avec les intérêts moratoires. Des remises sont également utilisées pour les périodes fiscales temporaires. L’aide au capital peut être accordée de la manière suivante :

1) Le soutien en capital fourni par les contribuables à revenu ou les sociétés doit être fourni par les contribuables qui fournissent un soutien en capital aux entreprises opérant dans la Zone en devenant partenaires et en investissant des capitaux pendant ou après la création de l’entreprise.

2) Le montant pouvant être considéré comme une remise est limité à dix pour cent du montant restant après déduction des pertes de l’année précédente et de toutes les remises et exceptions du montant total des revenus et revenus déclarés au cours de l’année civile au cours de laquelle l’aide en capital est fournie. personnes réelles. En ce qui concerne les sociétés contribuables, il est limité à un maximum de dix pour cent du revenu de la société, à condition qu’il ne dépasse pas vingt pour cent du capital social au début de la période comptable au cours de laquelle l’aide en capital est fournie, et pour déterminer la déduction montant, les dépenses qui ne sont pas légalement acceptées sont ajoutées au résultat du bilan commercial en tant que revenus de la société, et toutes les pertes de l’année précédente et toutes les déductions, le cas échéant, sont incluses et le montant trouvé en déduisant les exceptions [Bénéfice du bilan commercial (perte) + dépenses illégales-pertes de l’année précédente-toutes remises et exceptions] seront prises en compte.

ğ) Entrepreneurs opérant dans la zone de développement technologique et la zone de développement technologique spécialisée conformément à la loi, pendant la période où les revenus des entrepreneurs sont exonérés de l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés, qui sont produits exclusivement dans ces zones et qui sont utilisés pour la gestion du système , gestion de données, applications commerciales, applications sectorielles, Internet, de jeu, de commande et de contrôle mobiles et militaires Afin que la livraison et les services sous forme de logiciels soient exonérés de la taxe sur la valeur ajoutée dans le cadre de la loi sur la taxe sur la valeur ajoutée n° 3065 du 25/10/1984, une demande est faite auprès de l’administration fiscale compétente avec l’approbation de la société gestionnaire.

h) Des informations annuelles, préparées conformément à la forme déterminée par la Direction Générale, concernant les activités de la société gestionnaire de la Zone et des entrepreneurs de la Zone, approuvées par son propre expert-comptable ou expert-comptable, sont transmises à la Direction Générale par voie électronique jusqu’à la fin du mois de mai de chaque année.

ı) Les Zones Spécialisées de Développement Technologique bénéficient également des soutiens, incitations, exonérations et exceptions accordés aux Zones.

i) Les marchandises importées pour être utilisées dans les recherches liées aux logiciels, à la R&D, aux projets d’innovation et de conception réalisés dans le cadre de la loi sur les régions, des droits de douane et de toutes sortes de fonds, papiers et transactions effectués dans ce cadre sont exemptées de timbre droit et redevance. Marchandises importées dans le cadre de cette exception ; Il se compose des biens spécifiés dans l’autorisation à approuver par la Direction générale et envoyés au ministère du Commerce via le système de guichet unique pour être utilisés dans la recherche liée à des projets de R&D, d’innovation et de conception. Les entreprises qui bénéficieront de cette exonération notifieront leurs demandes à la société gestionnaire régionale selon le formulaire de demande et ses annexes déterminés par la direction générale. La société gestionnaire régionale évalue si la demande de biens importés est appropriée en termes d’adéquation au projet dans le cadre de l’article 14. Dans ce cadre, la société gestionnaire régionale transmet la demande, accompagnée des informations sur les marchandises qu’elle juge opportun d’importer, à la Direction Générale via le Système de Guichet Unique du Ministère du Commerce. La Direction générale évalue la demande, si elle le juge approprié, elle approuve la demande et notifie le Ministère du commerce par le biais du système de guichet unique à utiliser dans les procédures douanières.

j) Les activités énumérées ci-dessous ne sont pas considérées comme faisant partie des activités de conception dans la mise en œuvre du présent règlement :

1) Analyses de marché, études de marché ou activités de promotion des ventes et de marketing.

2) Activités de contrôle de la qualité.

3) Activités de recherche liées à l’établissement et à l’organisation.

4) Dépenses pour les activités d’investissement dans la production et les infrastructures de production, la planification de la production commerciale et le processus de production de masse.

5) Utilisation de processus développés qui ont été inventés ou existent en dehors d’un projet de conception.

6) Faire et distribuer des copies de prototypes pour l’échantillonnage et les tests auprès des consommateurs à des fins publicitaires.

7) Transfert de technologie direct ou embarqué qui ne sert pas à introduire un nouveau procédé, système ou produit sans faire partie d’un projet de conception.

8) Activités de protection de ces droits, à l’exception de l’acquisition de droits de propriété intellectuelle liés au produit ou au procédé développé dans le cadre des activités de conception.

9) Les signes, blasons, emblèmes, insignes ou dénominations qui sont hors du champ d’application de l’article 2 bis de la Convention de Paris et qui sont hors de ce champ d’application, mais qui sont devenus des biens publics au titre religieux, historique et culturel valeurs et ne sont pas autorisés par les autorités compétentes, sont inappropriés. les activités de conception impliquant l’utilisation de

10) Concevoir des activités contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs.

k) Les transactions concernant l’application des exonérations et exceptions dans la région sont soumises à la législation pertinente du ministère du Trésor et des Finances.

ARTICLE 24 – L’intitulé de l’article 35/A du même Règlement et les premier, troisième, quatrième et huitième alinéas sont modifiés comme suit.

« Programmes à soutenir »

« (1) Le salaire mensuel versé à chacun de ces personnels par les entreprises des Zones de Développement Technologique qui emploient des programmes de premier cycle en mathématiques, physique, chimie, biologie des établissements d’enseignement supérieur et du personnel de R&D avec au moins un baccalauréat dans les domaines à annoncer par le ministère après avis du conseil supérieur de l’enseignement, Le montant brut mensuel du salaire minimum appliqué pour l’année sera couvert par le crédit à inscrire au budget du ministère pour une période de deux ans.

« (3) Ce soutien s’applique également aux diplômés du programme à soutenir, qui sont employés dans les sociétés de gestion des services des zones de développement technologique, du centre d’incubation et du bureau (unité) de transfert de technologie.

(4) Pour bénéficier de cet accompagnement, les personnels diplômés des filières mathématiques, physique, chimie et biologie des établissements d’enseignement supérieur à embaucher au 01/07/2017 (inclus), et les personnels diplômés des filières à annoncé par le Ministère sur avis du Conseil de l’Enseignement Supérieur, le 02/03/2021 (inclus) Il est impératif d’être recruté après la date du ) et d’être employé pour la première fois dans l’entreprise de la Zone de Développement Technologique concernée.

« (8) Pour que les versements soient effectués dans le cadre de cet accompagnement, un procès-verbal attestant que les conditions ci-dessus, vérifiées et approuvées par la société gestionnaire, sont remplies et que la période des salaires est versée par la société à le personnel concerné, doit être soumis au Ministère. Le montant approuvé par le ministère est versé sur le compte bancaire communiqué par l’entreprise jusqu’à la fin du troisième mois suivant la date de remise du rapport.

ARTICLE 25 – Les articles suivants sont ajoutés après l’article 35/A du même Règlement.

“ Accompagnement des doctorants

ARTICLE 35/B – (1) Le montant brut mensuel du salaire minimum appliqué au personnel de R&D doctorant employé par les entreprises des Zones de Développement Technologique pour la première fois après la date du 02/03/2021 (inclus), pour une période de deux ans Elle peut être prise en charge par le ministère dans la limite de la dotation à inscrire au budget du ministère.

(2) Le salaire de base mensuel versé au personnel de R&D employé par l’entreprise pouvant bénéficier de ce soutien ne peut être inférieur à une fois et demie le salaire minimum brut.

(3) L’aide pouvant être accordée par entreprise est limitée à un maximum de deux doctorants inscrits dans les programmes doctoraux des universités. Pour que les entreprises puissent bénéficier de cet accompagnement, il est nécessaire que le doctorant qu’elles emploient ne reçoive pas d’accompagnement d’un autre établissement public.

(4) Pour que l’entreprise puisse bénéficier de ce soutien, le doctorant à embaucher doit être inscrit au programme doctoral des universités en Turquie, avoir terminé la période de cours et réussi le stade de la thèse.

(5) Les sociétés gestionnaires de zones de développement technologique sont tenues de suivre et d’informer le ministère de l’emploi du personnel employé dans les entreprises dans le cadre de cet accompagnement, de leur départ, de leur sortie du programme doctoral et de leur départ.

(6) Les entreprises qui bénéficieront de cet accompagnement notifient leurs demandes à la société gestionnaire régionale. La société gestionnaire régionale évalue si la demande est appropriée au regard de la conformité à la législation. Dans ce cadre, il soumet la demande qu’il juge opportune et le procès-verbal attestant que les conditions du présent article sont remplies au Ministère avant la fin du mois suivant la demande de l’entreprise concernée via le portail. La société gestionnaire ne peut s’abstenir d’accepter les candidatures des sociétés régionales et ne peut évaluer les candidatures en termes d’opportunité. Les informations minimales et autres questions pertinentes à inclure dans le rapport à préparer dans le cadre de cet appui sont déterminées par le ministère.

(7) Les versements à effectuer à l’entreprise au titre de cet accompagnement sont effectués par le Ministère jusqu’à la fin du troisième mois suivant la date de remise du rapport, selon le décompte à effectuer sur le personnel dans le cadre de l’accompagnement, en tenant compte du nombre notifié de jours de prime d’assurance du mois concerné.

(8) Le personnel employé dans les sociétés gestionnaires de zones de développement technologique n’entre pas dans le champ de cet accompagnement.

Demandes de capital-risque

ARTICLE 35/C –(1) Dans les déclarations annuelles d’impôt sur le revenu et sur les sociétés à déposer à partir du 1/1/2022, les contribuables sur le revenu et les sociétés dont les revenus sont exonérés dans le cadre de l’article 2 temporaire de la loi et dont le montant des revenus est de 1 000 000 de livres turques et ci-dessus, deux pour cent de ce montant seront virés sur un compte provisoire au passif. La responsabilité du montant à transférer dans le cadre du présent paragraphe est limitée à 20 000 000 de livres turques sur une base annuelle. Jusqu’à la fin de l’année au cours de laquelle le compte temporaire est constitué, il est obligatoire d’acheter les parts de fonds d’investissement en capital-risque créés pour investir dans des entrepreneurs résidant en Turquie, ou d’investir dans des fonds d’investissement en capital-risque ou d’autres entrepreneurs opérant dans des centres d’incubation dans le cadre de la Loi. Dans le cas où ledit montant n’est pas transféré avant la fin de l’année concernée, Vingt pour cent des revenus exonérés de déclaration annuelle dans le cadre de la présente loi ne peuvent pas être soumis à l’exonération d’impôt sur le revenu et sur les sociétés utilisée l’année concernée. Les impôts qui ne sont pas perçus à temps en raison de ce montant sont prélevés sans appliquer de pénalité pour perte fiscale. Le président est autorisé à réduire à zéro les montants et taux du présent paragraphe ou à les augmenter jusqu’à cinq fois, ensemble ou séparément.

ARTICLE 26 – L’alinéa suivant est ajouté au premier alinéa de l’article 36 du même règlement.

« c) Le Ministère, dans le cadre des devoirs et des responsabilités de la société gestionnaire et des entrepreneurs, peut prolonger les délais spécifiés dans le présent règlement concernant leurs activités et pratiques en cas de force majeure. »

ARTICLE 27 – Les mots « Finances » au deuxième alinéa de l’article 38 du même Règlement sont remplacés par « Trésor et Finances », les mots « et son annexe au Conseil des Ministres » aux deuxième et quatrième alinéas du même article ont été remplacés par « A la Présidence » et « Trésorerie » dans les mêmes paragraphes. Les expressions « pour soumission au Premier Ministère » et « Au Premier Ministère » ont été abrogées.

ARTICLE 28 – L’article 42 du même règlement est modifié comme suit.

« ARTICLE 42.- (1) Les dispositions du présent règlement sont exécutées par le ministre chargé de l’industrie et de la technologie.

ARTICLE 29 –Les mots « Conseil des ministres » à l’article 3 premier alinéa sous y et à l’article 11 cinquième alinéa du même règlement sont remplacés par « Président » ; Le membre de phrase « Au Conseil des ministres » au sixième alinéa de l’article 5 est remplacé par « Président » ; Les mots « Conseil des ministres » aux douzième et treizième alinéas de l’article 20 tiennent lieu de « Président » ; Les mots « du ministère du développement » au sixième alinéa de l’article 26 sont remplacés par « la présidence de la stratégie et du budget » ; L’expression « ministère du développement » au septième alinéa de l’article 26 est remplacée par la « présidence de la stratégie et du budget » ; Au b) du premier alinéa de l’article 36 et au premier alinéa de l’article 37, les mots « Finances » par « Trésor et Finances » ;

ARTICLE 30 – Le présent règlement entre en vigueur à la date de sa publication pour prendre effet à compter du 02/03/2021.

ARTICLE 31 – Les dispositions du présent règlement sont exécutées par le ministre de l’industrie et de la technologie.

Abdullah Habib
Abdullah Habib

Merhaba ! Je m'appelle Abdallah Habib. Dans cet article, je partage l'essence de mon voyage de 7 ans en Turquie - en tant qu'expatrié et étudiant étranger. Avec un cœur plein d'histoires et un esprit riche en enseignements tirés de mes expériences, j'ai écrit cet article juste pour vous. Alors, sans plus tarder, asseyez-vous, détendez-vous et bonne lecture !

Articles: 3603